Le Blog de Jean-Marc Tanguy
Le Blog de Jean-Marc Tanguy

« Le Havre » de Bonheur…

« Le havre » le film, ou l’art de construire un film éminemment politique, hautement engagé sans dire un mot du sujet traité. Mais tout est dans le geste, dans la spontanéité généreuse d un homme que l on devine abîmé mais qui incarne la dignité…

À travers le personnage de Daroussin et son costume sombre façon guestapo, ainsi que du monochrome de la vie simple des petites gens des petits quartiers de la zone portuaire havraise et pourtant dans notre époque si terriblement contemporaine, il y a rappel a l histoire dans cette contradiction et à ses heures les plus sombres dans la traque qui s amorce..à 7 képis pour un gamin…C’était toujours moins qu’en vrai où ils étaient 12 concernant Ardi Vrenezi dont j’ai déjà eu l’occasion de parler ici.

On parle peu dans « Le Havre », quand l ancien ministre des expulsions cause à la télé, on coupe le poste…on parle peu mais on agit beaucoup, tout en solidarité tûe (donc la plus sincère) dans ce joli conte, en vérité terriblement violent contre une certaine façon de faire de la politique. Bref, encore un merveilleux film de droite…

Joyeux noël ?

Cette période de fin d’année doit interpeller nombres des engagé(e)s politiques que nous prétendons être. Il ne s’agit pas juste de faire une pause, une trêve pour  retourner dans l’arène en Janvier prochain.

La période actuelle représente un paroxysme, presque une forme d’apogée malheureuse de l’injustice qui perdure tout au long d’une année. A l’époque où devraient régner solidarité, bienveillance à l’autre et entraide, il n’est en fait question que d’individualisme, d’étalage et de frime…

A qui la plus belle table, à qui 800 000 Euros mensuels pour taper dans un ballon, à qui le plus beau portable, à qui les plus beaux jouets…Cette injustice trouvant ses racines dès le berceau jusqu’au cimetière pour savoir à qui le caveau le plus cher…

Si j’aime moi aussi être assis à une bonne table, en compagnie des gens que j’aime et me servir d’un téléphone dernier cri, sans auto-flagellation,  ou quelconque sentiment de culpabilité, je m’interroge sur notre propension à fermer les yeux sur ce que pourtant nous devrions voir de notre plus grand regard ; car n’oublions jamais « qu’être socialiste c’est être en colère », comme a pu le dire un éminent camarade.

Donnons du sens dans les semaines et mois à venir à cet adage indélébile.

Alors, à toutes et tous, mais surtout à celles et ceux qui sont seuls ou qui souffrent en cette fin d’année, souhaitons que la magie de noël qui se meurt emplisse néanmoins vos cœurs, car c’est bien là l’essentiel.

 

Joyeuses fêtes.

Réponse point par point

Réponse point par point à l’article du Télégramme du 16 décembre 2011, « Bus et handicap, un régime de semi-liberté » :

Certains quais ne pourront jamais être accessibles en effet. Ce qui s’explique par la topologie de la ville si particulière. L’arrêt de bus de Pen Ar Stang en est une parfaite illustration. Je n’ai pas le pouvoir d’en changer l’inclinaison.

La question des réservations pour le service Handiqub est historique et a toujours été complexe. C’est à partir de ces constats que nous les avons justement modifiées. Ces changements sont récents et en cours d’adaptation. L’engagement a été pris lors de la dernière commission d’accessibilité de faire état avec des critères objectivés et chiffrés au premier trimestre 2012 de la fréquence ou non des problèmes de réservation qui sont soulevées. Il faut ce temps là pour mesurer la véracité de l’ampleur du phénomène.

Pour la raison du motif du déplacement, il est logique d’avoir un minimum d’informations, car il faut savoir que pour les RDV médicaux, la prise d’un taxi ambulance VSL est possible. Nous n’allons pas faire le travail et dépenser le budget à la place d’une autre collectivité.

Le sujet du transport n’a pas été « survolé » en commission intercommunale d’accessibilité, mais nous devons y traiter de la voirie, du logement, des bâtiments, tant le chantier est vaste et le retard conséquent depuis des années. Par ailleurs, l’ensemble de ces question a été abordé en sous groupe transports il y a encore quelques semaines.

L’exemple personnel qui est donné sur la nécessité d’arrêter de travailler en raison du problème des transports demeure, pour ceux qui connaissent ce qui est soulevé ici, un exemple qu’il vaut ce qu’il vaut et qui engage celui ou celle qu’il l’exprime.

Nous sommes d’accords sur le double fonctionnement entre le service Handiqub et le réseau de bus. Il est évident que du fait de la spécificité de leur handicap, certaines personnes ne peuvent utiliser les transports classiques et auront besoin de service adapté. Il n’est nulle part inscrit que ce service diminuera une fois l’ensemble du réseau accessible. La preuve en est, depuis 2008, les moyens du service Handiqub sont renforcés.

Enfin, une grande et grave omission : toutes les lignes de bus seront accessibles d’ici à 2015. Au-delà du renouvellement des bus tous les trois ans, c’est bien la concertation qui a permit d’arriver à un accord sur cette question fondamentale. Un dernier chiffre : 90% des arrêts de bus les plus utilisés seront accessibles avant 2015.

Le meilleur d’entre nous

Jean-Jacques URVOAS officiellement candidat socialiste sur la première circonscription du Finistère pour les prochaines législatives. En voilà une nouvelle réjouissante. Notamment, car JJU porte sur tous les sujets un regard qui est celui du socialisme, et que sa détermination est totale dès que l’injustice frappe ou que la liberté est entravée. Il a la colère saine et utile comme dirait l’autre…

Par ailleurs, il incarne le renouveau politique, refusant de mettre sa personne en avant, mettant en pratique le non cumul des mandats, s’exposant à la critique en ayant l’honnêteté de faire part publiquement de ses revenus, à l’heure ou le peuple est en défiance de ses élus.

Au-delà de cette probité et modernité qui sont essentielles, il conjugue ce que l’on est en droit d’attendre d’un député.

D’une part, l’implication locale sur nombre de sujets qu’il porte ensuite au niveau national.

D’autre part, une opposition active, constructive et de tous les instants face à un gouvernement qui a cassé nombre de fondamentaux de notre république.

Dans les deux cas, avec talent.

Je ne berce pas dans la « fan attitude » ou la flatterie intéressée, car je ne suis pas toujours d’accord avec lui, et ce encore récemment, et surtout, j’ai nombre d’autres camarades que je pourrai admirer, pourtant ce n’est pas le cas ; ayant même de plus en plus tendance à le faire savoir…

Enfin, l’homme est fondamentalement humain, accessible et drôle, ce qui ne gâche rien.

Je me réjouis d’avance et trépigne d’impatience de faire campagne aux côtés du député sortant.