Le Blog de Jean-Marc Tanguy
Le Blog de Jean-Marc Tanguy

Devoir d’excellence

Vous pourrez voir sur le site internet de libération que l’APF a sensibilisé les candidats au sujet du handicap afin que celui ci ne soit pas qu’un sujet périphérique mais pleinement pris en compte dans le projet de société proposé par les uns et les autres.

En ce qui concerne le Parti socialiste, Charlotte Brun a su porter pendant des années la volonté de notre organisation politique en matière d’intégration des personnes en situation de handicap. Son action fut féconde et a permis au parti de se doter de nombreux outils théoriques, qui sont autant de propositions concrètes et adaptées à la situation d’exclusion de la vie de la cité que connaissent les personnes handicapées aujourd’hui. La section de Quimper, à travers sa commission handicap a pesé dans ces travaux et ne compte pas s’en tenir là.

En effet, Marisol Touraine, qui dans l’équipe de François Hollande a en charge les questions de la santé a reçu de la commisison handicap la synthèse de ses travaux, qui fut validé au préalable dans le projet du parti.

Dans cette même idée, j’ai répondu favorablement à une invitation de Marisol Touraine pour des réunions de travail sur la perte d’autonomie et l’accessibilité. Fort de ses valeurs, fort des engagements de François Hollande au Bourget, et loin de toute logique mathématique exclusive, nous nous devons de faire un rêve d’égalité en la matière, car les attentes sont trop fortes pour être déçues, le retard est trop fort pour ne pas être comblé, notre histoire politique trop imprégnée de ses valeurs pour être entachée du sceau de l’inaction ou du manque d’ambition.

Au nom de la commission handicap de la section de Quimper, je mettrai toute mon énérgie afin que le fruit de notre travail ne tombe pas de l’arbre… Intégration scolaire, insertion professionnelle, ressources, compensation, accessibilité, autant de thèmes sur lesquels nous avons travaillés et qui doivent traverser toutes les composantes de la société française, au risque que l’ensemble de nos concitoyens ne soit pas concerné par le rêve français, ce qui serait contraire à notre aspiration collective. Je sais pouvoir compter sur François Hollande et celles et ceux qui l’entourent pour faire oeuvre d’ambition, tandis que nous, du côté de Quimper, nous ne lâcherons rien…

Fondations

En politique, il est parfois des discours qui voient l’émergence d’un homme d’Etat, qui permettent la rencontre d’une femme, d’un homme avec le peuple.

C’est précisément ce qui s’est passé hier au Bourget. 1H26 d’authenticité, 1H26 d’espoir, 1H26 d’idéal, 1H26 de réel, 1H26 de socialisme brut.

Hier, François Hollande n’a pas fait qu’entrer en campagne, il s’est habillé du costume de celui qui présidera le destin de notre pays pour les 5 ans à venir. On le savait bon orateur. Au-delà de ce talent, hier, c’est l’homme d’état qui s’est montré aux Français.

Sa vision de notre pays est celle de la république et non d’un clan. Elle est apaisée, fédératrice, non partisane. Le chemin qu’il nous propose est celui d’une égalité retrouvée (37 fois, l’égalité a résonné hier au Bourget), à travers des droits et devoirs pour tous quel qu’il soit. L’homme d’état à la tribune hier a également su être concret, tout en étant ancré à gauche. L’ensemble des mesures proposées, et qu’elles furent nombreuses, pertinentes, expliquées, argumentées s’inscrit dans la protection de nos concitoyens.

Le sens de la formule en désignant le monde de la finance comme notre ennemi, en avouant son amour des gens, les confidences sobres et humbles de François Hollande à la tribune sont celles de l’authenticité, sont celles qui poussent à la confiance pleine et entière.

Tout comme l’UMP, surprise, hagard, et incapable de riposter rapidement, malgré des snipers aux aguets, j’en suis sorti sonné, je dois l’admettre, en me disant qu’il aurait été difficile de faire mieux qu’hier.

Point de rêves cette nuit, car à peine le discours achevé, nous devons nous mettre en ordre de marche pour les trois mois à venir, porter cette parole le plus souvent possible et dans le plus d’endroits possibles. Il n’y pas d’autres alternatives à la droite qui a tant abîmé et à l’extrême droite qui pourrait mettre le pays à feu et à sang.

Point de triomphalisme ce matin, mais de l’espoir. Tout n’est pas parfait, il y a encore et toujours à préciser, mais François Hollande, notre candidat, hier nous a donné une feuille de route qu’irrésistiblement, nous allons suivre. Qu’il en soit salué et remercié.

Lueur d’espoir

Journée passionnante jeudi dernier à l’Assemblée nationale. Je participais en effet aux premières journées parlementaires sur l’autisme.

L’objectif étant de faire un bilan sur le dernier plan autisme et de tracer les perspectives pour les années à venir. Vous pouvez consulter un des articles de la presse locale en cliquant ici.

Différentes tables rondes se sont succédées, et le contenu fut si dense qu’il est impossible de le résumer ici. Je retiens néanmoins quelques temps forts :

Lors d’une table ronde sur l’inclusion des personnes autistes dans la société française, je fus sidéré de l’approche du handicap de la droite, par l’intermédiaire d’un de ses « spécialistes » au parlement, le sénateur Paul BLANC. Sa définition du handicap s’appuyant sur une base compassionnelle et manquant cruellement de sens politique, et donc d’ambition politique.

Pas étonnant lorsque l’on sait qu’il fut rapporteur de la loi du 11 Février 2005, loi qui avance, certes de bons principes, mais inefficiente dans son application faute de moyens. C’est ce même sénateur qui a mis en œuvre la possibilité de prendre des mesures de substitution à l’accessibilité, ce qui fut largement et légitimement dénoncé par le secteur associatif.

Il fut aussi assez consternant d’entendre sur des bases objectivées et chiffrées le retard pris par la France, comparé à ses voisins Européens en matière de diagnostic de l’autisme, ce qui est pourtant primordial pour la suite du développement de l’enfant, et également le manque criant de moyens alloués à la recherche. Il s’agit bien ici de choix politique

Roselyne Bachelot, très sémillante et se voulant fédératrice a conclu les travaux, sans annoncer de mesures concrètes, face pourtant au constat saisissant de retard que possède notre pays en matière d’accompagnement des personnes autistes qui fut dressé tout au long de cette journée.

Enfin, si plus de la moitié des engagements du dernier plan autisme n’a pas été tenu, il est à souligner que les parlementaires de tous les bancs qui étaient présents ont réellement fait œuvre de sincérité afin de voir avancer la grande cause nationale 2012 qu’est l’autisme. En particulier la députée socialiste de la 7ème circonscription de notre département Annick Le Loch, qui a pleinement investi ce dossier.

Sur Quimper, au mois d’avril, nous organiserons différents événements, notamment l’éclairage de différents bâtiments en bleu, afin symboliquement et sans mauvais jeu de mots de mettre à nouveau en lumière ce noble combat, porté par d’infatigables militants que sont les parents et le secteur associatif (qui ne sont souvent qu’une seule et même entité) qui ne peuvent que vous donner envie de les suivre. Seront inviter à participer à l’organisation de cette journée, toutes et celles et ceux qui de près ou de loin s’intéressent et œuvrent autour de l’autisme, loin de toute guerre de chapelle, afin, collectivement de continuer à construire.

Un jeudi à Paris

Jeudi prochain, j’ai la chance de me rendre à l’assemblée nationale pour les premières rencontres parlementaires sur l’autisme. Je dois cette invitation à l’association Pas à Pas 29, dont je suis les travaux de près, et avec qui j’ai toujours plaisir à travailler.

Ces rencontres permettront aux principaux acteurs clés du monde du handicap et de la réflexion sur l’autisme de se réunir et de débattre pour faire avancer la cause de l’autisme, et notamment sa prise en charge et l’inclusion des personnes autistes, ainsi que pour relancer la recherche sur l’autisme.

D’après le Collectif Autisme, cette journée peut favoriser « une réelle prise de conscience des lacunes du système français en termes de prise en charge, de la stagnation de la recherche scientifique sur les causes, le dépistage et la prise en charge, et du retard pris en matière d’inclusion des personnes autistes dans notre société. Il s’agit de relancer une dynamique nationale favorable à l’autisme, avec par exemple l’adoption d’un troisième Plan Autisme, encore plus ambitieux que celui de 2008-2011. »

Jean Jacques Urvoas, toujours très sensible et dynamique sur ces questions fait partie du groupe de 83 députés, ainsi que Annick Le Loch, qui en est la vice-présidente et qui sera sur place avec nous.

Devrait être présente également Mme La Ministre des solidarités et de la cohésion sociale, Roselyne Bachelot. Sans ternir le bien fondé évident de cette journée, j’en profiterai peut être pour lui demander « en off » si elle a répondu à mon courrier qui date de nombreux mois à propos du montant trop faible de l’AAH, de la question de la professionnalisation des AVS, de la contribution de l’état aux politiques d’accessibilité, de la politique d’insertion professionnelle des personnes handicapées, de la compensation universelle et intégrale etc…

Cette journée sera passionnante, et aura très certainement une suite dans la ville de Quimper à proximité du 02 Avril (journée mondiale de l’autisme) où différentes animations fortement visuelles seront prévues.

TVA sarkozyste

La TVA qui n’a de social que de nom est en fait une TVA purement Sarkozyste. On peut en effet facilement augurer du fait que ceux sont d’abord et avant tout les charges patronales qui seront allégées et non les charges salariales… Il faut bien politiquement un dernier tour de piste en forme de cadeau électoral avant de partir, du moins souhaitons le…

A moins qu’il ne s’agisse d’une théorie Churchillienne façon du « sang de la sueur et des larmes», pour assouvir une posture d’homme fort, solide et intrépide mais le président Français n’est évidemment pas Churchill…

Par ailleurs, les retraités mais aussi les personnes les plus éloignées de l’emploi, notamment en situation d’incapacité de travail du fait d’un handicap ne pourront bénéficier des avantages escomptés en terme de salaire moins prélevé ou d’une chance de retrouver un emploi… En revanche, ces personnes subiront de plein fouet l’augmentation des prix… Une preuve de mépris supplémentaire comme si nous n’avions pas encore compris…

Enfin, le sacrifice potentiel d’une telle mesure ne créera en fait que peu d’emplois… Un nombre qui aurait largement pu être identique avec des prélèvements issus d’une approche fiscale plus juste et égalitaire. Il est vraiment temps que ça s’arrête…