Le Blog de Jean-Marc Tanguy
Le Blog de Jean-Marc Tanguy

Juste l’égalité

On peut être socialiste Quimpérois et favorable au mariage et à l’adoption pour tous. Il était sans doute utile de le préciser au regard de certains communiqués qui, s’ils sont le reflet d’une libre pensée ne doit pas laisser entrevoir le moindre amalgame.

Tout d’abord, sur la forme, que l’on soit assis à la droite de dieu ou dans la salle d’attente du pôle emploi, en tant que socialiste, si on remet en cause un engagement de campagne de François Hollande, il me semble de fait impossible par la suite d’appeler chaque camarade à la responsabilité de la solidarité gouvernementale, sur l’Europe par exemple, ou tout autre sujet.

Puis, sur le fond, si on parle du mariage, il s’agit tout simplement de sortir d’une logique discriminatoire uniquement basée sur des critères d’orientation sexuelle, dans une logique d’égalité de droits. Jean Jaurès disait : « la démocratie n’est autre chose que l’égalité des droits ».

Certains conservateurs devraient s’honorer du fait que tout le monde s’intéresse à cette noble institution qu’est le mariage, qui connait pourtant aujourd’hui une forme de déliquescence. Je n’irai pas jusqu’à dire que l’ouverture du mariage pour tous donnerait un nouveau souffle à cette vielle dame, mais je ne suis pas loin de le penser..

Il ne s’agit pas d’une loi catégorielle, car d’une part nous évoquons la situation de 3.5 millions de nos compatriotes et d’autre part, il s’agit de mettre fin à une logique de discrimination pour rétablir une égalité de droits.

Sur l’adoption, à part dans les fantasmes les plus cachés et vils de Madame BOUTIN, la procréation n’est pas la suite logique d’une union civile. La liberté de choix est totale en la matière. Ou alors, nous créons un autre modèle de société où l’on détermine à l’avance des critères (dont les orientations sexuelles, mais pas uniquement) qui pourraient être contradictoires avec la procréation. Je pense que même Barbarin ou autre 69… Euh pardon 23, n’iraient pas jusque là. Ces modèles ont fait « leur preuves » dans d’autres civilisations…

Ce qui est le plus touchant, c’est de quelle manière tout le monde soudainement s’attache à la protection de l’enfant… D’autant que ces défendeurs opportuns qu’ils soient politiques d’une part feraient dans ce cas mieux de défendre les politiques de protection de l’enfance, mises de plus en plus à sac dans ce pays, ou qu’ils soient religieux d’autre part, feraient mieux de regarder sous certaines soutanes ce qui se passe réellement… Et pour les deux, afin de mettre un terme à tout parallèle malheureux, sachez que la polygamie est essentiellement l’apanage des hétéro-sexuels.

Rappelons certaines tartes à la crème : les enfants ont d’abord et avant tout besoin d’amour et il ne s’agit pas de s’autoproclamer Freudien pour comprendre que les plus grands dictateurs sanguinaires de notre histoire collective universelle n’ont pas été adoptés par un couple du même sexe. La bêtise n’a pas d’odeur, pas de couleur et pas de sexe non plus. L’article 375 du code civil qui régit la protection de l’enfance en France n’évoque pas les orientations sexuelles des parents. Ceux qui s’opposent à l’adoption pour tous doivent donc demander d’ajouter un chapitre à cet article de loi..

Enfin, on peut donc être socialiste à Quimper, et défendre un principe d’égalité de droits, qui comme d’autres combats ne concerne pas qu’une poignée mais contribue bel et bien à renforcer le pacte républicain face au conservatisme ambiant.

Ailleurs

A l’heure où une fumée blanche s’apprête à émaner quelque part rue de Solferino, dans le monde virtuel nocturne, naissait un certain émoi de la sortie potentielle d’un triumvirat, allant à l’encontre des règles les plus élémentaires de la parité. Je répondrai que :

Les sourds sont scandalisés que le trium soit entendant

Les personnes en fauteuils sont scandalisés que le trium soit debout

Les chevelus sont scandalisés que le trium soit chauve

Les politiquement incorrects sont scandalisés que le trium soit politiquement correct.

Dans ce congrès, aussi réjouissant qu’un spectacle de Stephane Guillon serait bien écrit, demeure un étonnant déni de démocratie qui me font dire que la vérité est ailleurs

A l’heure où une loi s’apprête à être votée en faveur du mariage et de l’adoption pour tous, des réticences d’arrière-garde font jour, alternant entre l’argumentaire clérical et / ou Freudien.

Je répondrai qu’il s’agit de venir consulter le quotidien des professionnels de l’enfance et de la famille sur le terrain, pour constater que la vérité est ailleurs..

A l’heure où la ministre des personnes handicapées s’apprête à rendre un rapport démontrant que moins de 2 ans ½ avant le terme de la loi, seuls 15% des bâtiments sont accessibles à tous, il y a des élus locaux qui ne nous parlent que d’argent pour s’excuser de leur inaction politique et qui supplieront Madame La Ministre de continuer la logique de dérogations entamées par la droite.

Je répondrai que si le sourd n’entend pas ces élus qui se dérobent, que si l’aveugle ne les voit pas, et si celui en fauteuil ne peut se rendre dans son bureau pour lui dire le fond de sa pensée, le déplacement est une liberté fondamentale, un besoin physiologique, c’est donc que la vérité est ailleurs.

Dans les trois exemples précédents, la vérité se situe dans le respect des engagements pris. Car quand on est socialiste, on est, entre autres, démocrate, féministe, et l’on prône l’accès à la cité et à ses institutions pour tous. Et si maintenant, on le démontrait ?