Le Blog de Jean-Marc Tanguy
Le Blog de Jean-Marc Tanguy

Liberté d’inconscience

La politique, si on pousse à la simplification est souvent un tiroir un double entrée, entre une affaire de convictions, mais aussi de stratégie électorale. Le dernier servant parfois les intérêts du premier. Pour autant, existe la question de principe, qui exige un volontarisme politique, une forme de courage, qui sans tourner le dos à l’aspiration d’un peuple permet parfois une forme d’avant-garde. Dans l’histoire de notre pays, la gauche française a très souvent su être exemplaire en la matière.

 

Ainsi, la déclaration d’hier de François Hollande sur la « liberté de conscience des maires » (et donc des adjoints et autres conseillers municipaux) interroge. Je crois non subtilement deviner des motivations qui permettraient d’apaiser une montée en puissance d’une grogne plus bruyante que significative. Peut-être même que le Président de la République oriente le débat ailleurs afin de faire comprendre que la potentielle loi du mariage pour tous sera de fait bientôt une réalité, allez savoir.

Il n’empêche que cette déclaration ne peut que fragiliser le mouvement initié par le vote du 06 mai, qui comprenait, au regard de l’engagement 31, le mariage et l’adoption pour tous. C’est incontestablement une pièce dans la machine homophobe de Christine Boutin et de ses amis, laissant planer un doute, un flou sur le volontarisme politique guidant cette loi.

De plus, un député-maire (et oui, il reste encore pas mal de cumulards) se voit donc inviter à voter le texte de loi du mariage pour tous, mais dédouané par la voix la plus officielle de marier tout le monde. La contradiction est saisissante.

Voyageons dans le Doubs, à Châteauvieux-les Fossés, commune la plus petite de France, comptant 7 habitants. Il suffira de peu d’élus qui, faisant jouer la sacro-sainte liberté de conscience pourront refuser de célébrer l’union de deux citoyens du même sexe.. Si je conviens que la probabilité est faible, comme rappelé précédemment, la politique est affaire de principes.

Au-delà de ce qui est peut-être un cadeau de bienvenue à Jean-François Copé, nouvellement élu, et qui, en tant que maire, a mis en avant sa liberté de conscience, il est bon de rappeler que le code civil sanctionne un(e) élu(e) qui refuserait de célébrer une union, au-delà d’une absence évidemment, ce qui arrive tous les jours dans toutes les communes de France.

Toujours sur le champ légal, la garde des sceaux, Madame Taubira rappelait le 10 Septembre dernier qu’un maire peut refuser d’unir deux personnes si les conditions du mariage ne sont pas réunies, si les papiers ne sont pas conformes, ou enfin s’il doute de la sincérité de l’union en question. Toujours selon la ministre de la justice, Il est même normalement envisagé que « il ne sera pas inscrit dans la loi qu’ils (les élus) puissent se soustraire au code civil ».

Il reste à souhaiter que cette annonce officielle du Président de la République ne marque pas le début d’un changement radical d’orientation sur la question. Dans le domaine sociétal, une loi de transformation doit être complète et sans faille car parfois quand c’est un peu flou, on est en droit de se demander où se cache le loup.

Le travail, c’est maintenant !

Quelques mots pour remercier l’ensemble des militants socialistes de la première circonscription. Et plus particulièrement celles et ceux qui ont fait le choix de cocher la case, à proximité de mon nom, me permettant donc d’être élu délégué de la première circonscription socialiste du Finistère. Les 94,8% ainsi obtenus me donnent une responsabilité et le devoir de respecter les engagements pris devant les adhérents.

Un score qui s’explique évidemment par le fait d’être seul candidat, ce qui m’a parfois valu quelques railleries sympathiques, mais cette candidature unique, associé au résultat issu des urnes dessine ce que je pense être une forme de consensus autour des idées que j’ai portées.

Le congrès s’achève donc par nos scrutins locaux, et avec la satisfaction de travailler avec Marc Coatanéa comme premier fédéral, avec Matthieu Stervinou élu à Quimper, Mohamed Rihanni élu à Fouesnant, Thomas Ferec, élu à Briec, Jean-Claude Pichon élu à Ergué-Gabéric et Noel Le Drezen élu à Plomelin. Il s’agit maintenant bien sûr de se remettre au travail. Pour se faire, je réunirai très prochainement les secrétaires de section de la circonscription, pour se pencher sur les premiers chantiers prioritaires des socialistes sur notre territoire, dans une circonscription unie.

Le travail, c’est maintenant, et tous ensemble !

Candidature

Vous trouverez le texte de la profession de foi de ma candidature comme délégué de circonscription sur la première circo PS du Finistère en cliquant ici.

J’aurai l’occasion de présenter cette candidature mercredi prochain lors de notre Assemblée Générale de Circonscription. Sans paraphraser ce que vous trouverez dans le lien ci dessus, j’incite l’ensemble des adhérent-e-s socialistes à venir exprimer leur choix Jeudi à venir, afin de collectivement créer une circonscription qui sera un outil supplémentaire pour porter notre projet, ouvrir le Parti Socialiste en permanence, et préparer au mieux les prochaines échéances électorales.

Fort depuis quelques années d’avoir « grandi » en politique, auprès de Karim, Armelle, Jean-Jacques, Bernard, Florian, Matthieu et tant d’autres, je demande donc votre confiance pour ce Jeudi 15 Novembre.

Pour les lecteurs qui ne sont pas adhérents du Parti Socialiste, notre organisation politique se doit d’aller à votre rencontre partout sur notre territoire pour vous présenter et défendre nos valeurs.