Le Blog de Jean-Marc Tanguy
Le Blog de Jean-Marc Tanguy

365 jours …

Apprécions le temps qui passe365 jours à peu près nous séparent de la prochaine municipale. Au-delà des spéculations prématurées sur la future tête de liste, la majorité est dans l’action réelle et concrète. Certes, l’heure est au bilan, et en regardant celui-ci, il s’agit justement de tracer les perspectives pour l’année à venir, et pour organiser la suite, quelle que soit cette suite. Il en va d’une forme évidente de continuité des actions d’intérêt général, mais au-delà, il y va surtout du respect de son mandat et de celles et ceux qui en dépendent directement.

En matière de politique de handicap dans la ville, je soulignerai une contradiction, qui débouche sur deux affirmations.

Tout d’abord, le sentiment, que jamais Quimper n’a autant agit sur la question du handicap que sur ce mandat. Entre des budgets massifs sur la question de l’accessibilité permettant de faire fonctionner la chaîne des déplacements, des temps de concertations nombreux et réguliers et des moments de pédagogie devant les Quimpérois, lors notamment de la journée « handicap tous concernés » de 2011, qui reverra le jour le 21 septembre 2013.

Pour autant, malgré  ce volontarisme politique clivant avec le mandat précédent, le quotidien d’une personne en situation de handicap sur Quimper n’est aujourd’hui pas assez différent si on s’inscrit dans l’histoire politique de la ville. Tant les retards se sont accumulés au fil des années, par une non prise en compte de ces questions.

Ainsi, il ne s’agit pas uniquement de dresser un catalogue de satisfécits entre un budget voirie plus que doublé, permettant par exemple d’entamer la mise en accessibilité des carrefours à feux pour les déficients visuels, un budget de mise en accessibilité des établissements recevant du public fixé à 12 millions d’euros d’ici avant 2015, des lignes de transport toutes accessibles également avant cette échéance, et une spécificité départementale en terme de recensement de l’offre de logements accessibles.

Car d’autres chantiers sont à améliorer dans ces 365 jours à venir, et encore après, notamment en terme de « réflexe handicap » dans la ville, avec la création d’une nouvelle réflexion sur nos déplacements en générale, par le biais de politique novatrice, tel un agenda 22 par exemple. Et incontestablement, un accent financier à poser sur la voirie, au risque que les autres investissements manquent de sens.

Enfin, le temps politique – si pour l’administré paraît parfois s’étirer – est en fait bien rapide pour l’élu. D’où ce sentiment étrange que l’élection de 2008 était hier, alors que se profile le prochain scrutin. Même si comme disait Balzac, « le temps manque pour tout », tant qu’il reste du temps, « the show must go on » et en une journée, il restera toujours possible de changer la face du monde.

L’engagement, c’est maintenant !

Avec l’ensemble des secrétaires de section de la première circonscription de notre parti, il a été travaillé pour le mois de Février, soit dès la semaine prochaine une campagne de mobilisation qui s’intitulera :

L’engagement, c’est maintenant !

 

2013 est une année sans élection, ce qui devient presque une curiosité. Mais ces moments, rares, sont aussi lourds en responsabilité collective, car il nous revient de travailler, non seulement bien sur pour préparer les futures échéances, mais aussi pour s’inscrire dans la quintessence même du rôle d’un parti politique, en travaillant sur le fond, pour ensuite être force de proposition.

 

Les temps sont troublés et dominés par une hyper-réactivité à travers les réseaux sociaux et surtout les chaînes d’infos où le moindre faux pas, ou phrase sortie du contexte peut faire l’objet d’édition spéciale sur une journée entière, devenant un micro-événement, afin d’alimenter le feuilleton quotidien et tenir en haleine un téléspectateur que l’on se doit d’asservir afin que jamais au grand jamais, il appuie sur le bouton 7 de sa télécommande, par exemple.

Et pourtant, l’action politique demande du temps, une analyse fouillée avant les décisions, et s’inscrit sur le long terme ; et qu’en plus nous avons et c’est heureux, un président de la république qui a besoin de consulter l’avis de chacun avant de rendre un arbitrage, ce qui clive évidemment avec l’attitude compulsive pathologique du mandat précédent ou d’un fait divers isolé, on bricolait une loi.

En connaissance de cette contradiction, il nous revient sereinement, mais inlassablement de nous mettre à l’ouvrage pour porter la parole gouvernementale, tout en étant force de proposition sur nos bases locales. Il s’agit de faire de la politique, de prendre le temps avant l’action, et je crois très sincèrement qu’avant le tourbillon de ce qu’est une campagne électorale, ces moments sont aussi précieux que cruciaux, pour parfois construire, ou réaffirmer notre identité.

Il s’agit en effet de retourner vers les électeurs que nous avons rencontrés depuis un an ½ maintenant et le début des primaires pour appeler à la responsabilité individuelle et leur expliquer que de la maternelle à l’université, ils peuvent, en proximité, agir sur la vie locale et proposer un quotidien différent.

Je me suis souvent servi lors des différentes campagnes d’exemples concrets, que je connais de mon mandat de conseiller municipal délégué aux personnes en situation de handicap, pour attester, illustrer « par la preuve » des bienfaits concrets de l’implication dans la vie politique.

Ce combat concret, de nombreux élus le mènent, en locale comme à l’assemblée nationale en ce moment, où les parlementaires de gauche font honneur à leur mandat en permettant dans un moment historique d’établir une égalité de droits.

Nous viendrons expliquer aux citoyens de notre circonscription, que la retraite à 60 ans pour les salariés qui ont leurs annuités, le création de 60 000 postes dans l’éducation nationale, les 25% d’augmentation de prime de rentrée scolaire, la création de logements, le plan de lutte contre la pauvreté, les 150 000 emplois d’avenir, la lutte contre le déficit public, la relance de la compétitivité, c’est MAINTENANT. Le mariage pour tous, le droit des votes des étrangers aux élections locales, le non cumul des mandats, la réduction de la part du nucléaire c’est demain et ENSEMBLE !!

Vous pouvez télécharger le tract de Quimper ici.