Le Blog de Jean-Marc Tanguy
Le Blog de Jean-Marc Tanguy

Le souffle de la bête…

A l’aulne d’une drôle d’élection ce dimanche dans la troisième circonscription du Lot-et-Garonne, chaque femme et homme de gauche se doit d’avoir un discours clair. Surtout les socialistes, car la tragédie Cahuzac d’un ministre socialiste des finances fraudeur fiscal ne peut trouver son épilogue par cette ultime horreur à venir, à savoir l’élection d’un député  nationaliste qui viendrait salir les bancs de l’assemblée nationale. Le symbole est trop nauséabond.

J’entends déjà le procès en angélisme ou alors même le fait que tenir ce genre de discours autour du cordon sanitaire et du front républicain est un archaïsme boboïfiant qui conforte le jeu du front national faisant croire à un courant anti français UMPS… Mais faut-il alors ne rien dire et ne plus avoir cette capacité d’indignation lorsque la bête immonde est aux portes de la république…

Celles et ceux qui aujourd’hui tombent dans le leurre de la dédiabolisation d’un parti qui deviendrait fréquentable ne peuvent en oublier les racines. Fin 19ème, avec les débuts d’une droite radicale et ultraconservatrice qui prône l’antiparlementarisme et l’antisémitisme. Les antis-Dreyfusards avec le mouvement royaliste et nationaliste de l’action française. Plus tard encore, des organisations comme occident ou le GUD, qui manient la violence plus que le verbe. L’émergence de la pensée le péniste arrivera ensuite  et notamment le concept de préférence nationale, qui prône entre autre l’inégalité entre les races et l’inégalité hommes femmes.

Voilà pour l’héritage idéologique du parti de Madame LE PEN. Plus proche de nous, les déclarations sur le détail de l’histoire, les symboles nazis en fin de cortège du FN, les photos et les rencontres de Madame LE PEN avec les groupuscules d’extrême droite les plus radicaux.

Voilà ce qu’est le front national, loin de l’image soit disant proprette de ce qui est en fait la droite qui tâche. Derrière le sourire « ultra-brite » d’un poupon aspirant député, se dissimule une vaste escroquerie de marketing politique à travers ce candidat qui pour argumenter lors d’un débat politique reçoit les éléments de langage par SMS pendant qu’il s’exprime. Quand les textos n’arrivent pas, il manie alors la rhétorique de l’insulte et du « tous pourri », dans une absence d’élaboration et un verbiage qui ressemble à s’y méprendre aux orientations historique de la droite extrême que j’évoquais plus haut..

Des erreurs arrivent tous les jours, Mickael Vendetta aurait écrit un livre et Stéphane Guillon serait un rebelle.. Bref, ce jeune garçon nationaliste à Villeneuve sur Lot dont il est inutile de citer le nom est le parfait symbole du leurre absolu et du vide abyssal qu’incarnent aujourd’hui le front national. Et fort d’une forme de responsabilité à cause de qui on sait, les socialistes se doivent de laver l’affront pour, et même si c’est coûteux, ne pas que la tragédie se transforme en désastre républicain..

17 Juin, quand tu nous tiens..

Il  a un an, jour pour jour, Jean-Jacques URVOAS  était brillamment réélu député de la première circonscription du Finistère.

Après une campagne harassante, le résultat permit au niveau hexagonal de donner une majorité au président de la république. Au niveau départemental, de réussir le grand chelem. Au niveau de la circonscription de permettre au brillant député de l’opposition qui s’était fait remarquer de tous lors de son premier mandat, de mettre son talent au service de la majorité en y tenant même un rôle clef à la présidence de la commission des lois.

Je n’ose imaginer la comparaison en terme de rayonnement pour notre territoire si un autre l’avait emporté…

Toujours est-il que son travail sur de nombreux textes, son implication de tous les instants sur une loi historique nous honore et réconcilie avec une certaine façon de faire de la politique, en ces temps de défiance parfois légitime mais aussi parfois outrancière envers les élus.

Bref, fier de mon député et d’avoir mené à ses côtés, ainsi qu’avec de nombreux camarades de belles campagnes au printemps 2012, qui ne peuvent qu’annoncer un dynamisme équivalent dans celles qui arrivent très prochainement.

Une petite séquence nostalgie avec la vidéo de la victoire de JJU en cliquant ici.

 

 

 

 

 

Désir de bus…

 

La semaine dernière, dans la cadre de la commission d’accessibilité et d’un sous-groupe consacré aux transports que j’ai la chance d’animer dans le cadre de mon mandat, nous avons débattu avec le secteur associatif qui représente les personnes en situation de handicap mais aussi d’autres associations de citoyens éveillés sur les questions d’accès à tout pour tous.

Deux constats essentiels :

Tout d’abord, si des efforts demeurent à fournir pour permettre une égalité pleine et entière devant la liberté de déplacement, le constat d’une nette amélioration du service est aujourd’hui évident. Un seul exemple, parlant, consiste à dire que lorsqu’au début du mandat, après un bilan sortant inexistant en la matière, nous nous interrogions sur comment entrer dans le bus avec une situation de handicap, nous cherchons aujourd’hui à perfectionner le service une fois à l’intérieur du bus. Cette illustration on ne peut plus concrète appuie le travail conséquent et la prise en compte politique de la question du handicap à Quimper.

Ensuite, au regard de la précision technique de nos débats, j’ai fait remarquer à l’ensemble de l’assemblée à quel point il était plaisant de constater que les Quimpéroises et Quimpérois présent(e)s étaient déterminé(e) à vouloir prendre les transports en commun à Quimper. Toujours bon à rappeler car c’est ici le réel qui vient frapper l’imaginaire..

En effet, un des bénéfices évident du plan transports, du Bus à Haut Niveau de Service est l’évidente accélération de la mise en accessibilité de l’ensemble du réseau.

Enfin, à ce titre, et à de nombreux autres, la mise en place du plan transports contribue d’une politique de progrès en terme de qualité de vie pour l’ensemble d’une population.