Urgence..

Il y a Urgence. Urgence à remettre du sens..

En effet, dans une société à la fois boulimique et anxiogène, le culte de l’immédiateté prend le dessus, sûrement et inexorablement. La perte de confiance, de repères, la montée de la désespérance sont partout autour de nous. Ces pertes génèrent parfois des comportements outranciers, dangereux, voir violents. Des comportements qui à petits feux, tuent la pensée et nient même l’histoire, pourtant essentielle dans le décodage de nombreuses évolutions.

Il ne s’agit pas de prendre de haut celles et ceux qui souffrent aujourd’hui, mais de justement éminemment respecter cette souffrance en prévenant et en mettant en garde contre les raccourcis faciles, et la tentation de se tourner vers le diable, lorsque nos croyances et nos codes sont bouleversés et que l’on estime légitimement ou pas n’avoir plus rien à perdre.

Le populisme, la démagogie et la simplification sont l’arme de nombre de faibles, qui en faisant oeuvre de récupération abaissent le niveau du débat public, pour pallier leur propres incompétences en créant « un buzz » qui ne fera la gloire de son auteur que le temps qu’il soit remplacé par un autre.. Même la révolution devient médiocre. La gloire illusoire, même pour un édile d’une ville du centre Finistère est aussi passagère que l’individu en question est républicain..

Le rouleau compresseur, la grande lessiveuse notamment médiatique, à travers les chaînes d’infos, les réseaux sociaux, les éditions « spéciales » etc.. accentuant le phénomène. Ou comme disait François Mitterand : « la dictature des micros est aussi celle des idiots« .

Savoir se référer à l’histoire, tenter de se cultiver, lire, trouver ses propres références permettent de prendre de la hauteur, et de ne pas céder aux tentations de chercher un coupable à tour prix, voire de tout mélanger ; l’erreur étant souvent de mise dans ce genre de circonstances. « l’histoire est la mémoire du monde » disait Lacordaire.

Hier, des saccageurs de portiques au nom de la justice fiscale ; aujourd’hui, des siffleurs aussi fascistes qu’amnésiques des valeurs de devoir de mémoire et d’unité républicaine ; et demain, quelles outrances, au nom de quelles causes, portées par quel héros cathodique éphémère..

Nous connaissons toutes et tous l’impression de déjà vu. Pour comprendre et maîtriser ce sentiment, afin d’adapter notre compréhension des enjeux actuels, la référence à l’histoire est indispensable et permet une prise de recul et de distance aux événements qui ont semblé parfois faire cruellement défaut ces jours derniers.

Heinrich Heine disait que : « chaque pierre tombale couvre une histoire universelle« . C’est en croyance de cette affirmation qu’il me semble aujourd’hui essentiel de faire oeuvre de pédagogie, mais il me semble aussi qu’il y a urgence et j’espère même que ce n’est pas trop tard..

 

Étiquettes : , , , , ,
Previous post
Next post

Postez un commentaire