Le Blog de Jean-Marc Tanguy
Le Blog de Jean-Marc Tanguy

Quimper à tous les âges

Dans la campagne électorale sur Quimper, la donne est en fait assez simple. Il y a ceux qui font des coups, qui sont dans la réaction, qui cherchent la polémique permanente et ne proposent rien ou peu. Il ne peut suffire par exemple de proposer un plan voiture « pagailleux » et un plan caméras flou, vide et creux.

Gage à la fois de la responsabilité et de la passion qui nous animent pour Quimper, nous sommes les seuls à proposer aux Quimpéroises et Quimpérois un projet d’ensemble, de proximité et de prospective, que vous retrouverez en cliquant ici.

Nous traitons de tous les sujets, pour tout le monde, alors évoquons précisément ici Quimper à tous les âges à travers nos propositions relatives à la petite enfance, la jeunesse et les aînés.

Une ville se pense de la crèche à l’EHPAD, et le rôle des élus, garants du service rendu au public, est de permettre à chacun-e de trouver sa place, en fonction de sa singularité et de son projet de vie.

C’est ici la dimension sociale que nous avons au cœur qui forge l’identité d’une ville, c’est notre pacte pour le vivre ensemble. Ne pas y penser et ne rien proposer en la matière serait une forme de mépris, une faute lourde et qui en dit long.

En ce qui concerne la petite enfance, nous proposons le recrutement d’assistantes maternelles, l’augmentation du nombre de places pour la crèche associative « les bons petits diables » qui sera relogée, la construction d’une nouvelle structure au Cap Horn de 100 places, la poursuite de l’expérimentation sur les horaires atypiques, et le travail d’une politique de la petite enfance à l’échelle intercommunale.

Pour la jeunesse, nous créerons une plateforme jeunesse en cœur de ville à la providence, nous accompagnerons la Mission Locale du pays de Cornouaille, notamment en la transférant dans des locaux plus adaptés, nous finaliserons la politique d’accompagnement des projets des jeunes (coup de pouce, prêts à taux zéro), nous étudierons la faisabilité d’une nouvelle auberge de jeunesse, et nous continuerons l’embauche d’emplois d’avenir, à destination des jeunes pas ou peu diplômés.

Enfin, pour accompagner les personnes âgées dans la ville et dans l’agglomération, nous mettrons en place un Centre d’Action Sociale à l’échelle intercommunale pour répondre aux nouveaux besoins des personnes âgées, nous poursuivrons le plan de « Quimper, Ville amie des aînés », nous accompagnerons le maintien à domicile par l’adaptation des logements, nous accompagnerons la création de résidence séniors, nous construirons une nouvelle maison de retraite (regroupement Magnolias et Bruyeres), nous travaillerons au renforcement du partenariat avec l’ARPAC, et à la rénovation des locaux de l’APAC dans une logique intergénérationnelle.

Emile Durkheim, entre autre penseur du lien social, disait : « l’éducation doit nous amener à dépasser notre nature initiale, c’est à cette condition que l’enfant deviendra un homme ». Il en va de notre responsabilité d’élus de permettre les conditions de l’émancipation et la liberté de choix des habitant-es de notre territoire.

 

Accessibilité : une affaire de volontarisme politique

Le baromètre national de l’Association des Paralysés de France donne la ville de Quimper comme mal classée. Ce classement est à modérer et à analyser.

Tout d’abord sur la question de la temporalité : les villes les mieux positionnées, comme Nantes ou Grenoble ont commencé à faire de l’accessibilité bien avant 2008. Quand notre équipe municipale est arrivée aux responsabilités, il n’y avait rien d’engagé en la matière alors que nous avions l’échéance de 2015 en vue. De nombreux dossiers ont pu avancer durant notre mandat.

Un schéma directeur de l’accessibilité des écoles a été mis en place : les écoles Frédéric Le Guyader, Kergoat ar Lez, Kervilien, Ferdinand Buisson sont accessibles depuis cette rentrée. Les travaux sont en cours à Léon Goraguer, Yves Le Manchec, Jacques Prévert et Jules Ferry. En janvier 2015, environ 70% des écoles seront accessibles.

Des bâtiments publics comme les mairies annexes ont et vont déménager pour pouvoir rendre un service public accessible à tous : Penhars à la Maison des services publics et la mairie annexe de Kerfeunteun dans le futur projet au Bois du séminaire. Enfin, les médiathèques et les piscines sont accessibles comme bientôt le Conservatoire de Musique et d’Arts Dramatiques (CMAD).

Dans l’ensemble de nos projets majeurs, Parc des Expositions, Centre des Congrès, Pôle Max Jacob et Pôle Sportif, la question du handicap occupe une place centrale.

Ce sont 12 millions d’euros qui sont investis durant ce mandat sur la question de l’accessibilité des bâtiments de la ville.

Soucieux du bon usage du denier public, le nombre de chantiers à faire démarrer simultanément ainsi qu’une réflexion sur le devenir de nombreux bâtiments nous contraints à regarder au-delà de l’horizon 2015. Il est impensable de fermer les bâtiments le temps des travaux et d’engager des sommes importantes sur des bâtiments dont le devenir est en question.

En revanche, la volonté politique de ces investissements financiers est à la hauteur de l’enjeu de l’accès à tout pour tous.

L’ensemble du réseau de transports en commun sera accessible avant l’échéance légale de 2015, notamment grâce à l’action du Plan Transports. Nous équipons progressivement tous les bus de deux places pour les personnes en fauteuil. Réduire la taille des véhicules compromettrait d’ailleurs cette avancée.

Les moyens du service Handicub sont augmentés parallèlement à l’accessibilité du réseau commun car les besoins des personnes ne sont pas forcément les mêmes.

Pour la voirie, le budget de nos prédécesseurs a été doublé mais l’effort doit se poursuivre lors du prochain mandat.

Pour conclure, il reste du chemin à parcourir notamment dû à l’immobilisme de l’équipe précédente. On peut raisonnablement affirmer que jamais autant n’aura été fait sur un mandat à Quimper en matière de prise en compte des personnes en situation de handicap, comme l’indique en particulier la note du baromètre de 21/21 pour le volontarisme politique.

Le logement, une priorité

 

logement

Hier en fin de journée nous avons présenté l’organigramme de campagne de la liste « Quimper pour vous », la liste rassemblée autour de Bernard Poignant, avec une équipe qui mêle jeunesse et expérience, et qui se tourne vers l’avenir de la ville.

Dans le cadre de notre projet autant complet que transversal (vous le trouverez en cliquant ici), nous avons présenté nos propositions sur la question du logement ; que nous voulons comme la priorité de notre prochain mandat face au parti de Jean-François Copé et de ses amis, qui à six semaines du premier tour n’a pour le moment toujours aucun programme à proposer aux Quimpérois-e-s.

Nous affirmons d’emblée que le logement et son accès sont des facteurs importants d’attractivité. Mixité sociale et intergénérationnelle, meilleure isolation thermique, plus grande adaptabilité aux habitants, notamment face au vieillissement de la population sont autant de principes qui guideront notre politique du logement.

Cette politique se décline essentiellement en 4 axes principaux :

Tout d’abord, un quartier de la gare en devenir, qui fera l’objet d’un vaste programme de rénovation et de renouvellement urbain, qui verra entre autre autres se développer la dimension économique par la création de bureaux et de services ainsi que sa dimension commerciale par la création de nouveaux commerces. Il s’agira également de requalifier les espaces urbains et de les embellir.

Ensuite, la création d’un nouveau quartier au sud de Quimper. Il devra être situé au sud de la zone de Kervoalic. Ce nouveau quartier comportera des pavillons individuels, des collectifs accessibles à des prix abordables. Il sera également composé d’équipements et de commerce de proximité.

Puis, la poursuite des programmes d’habitat et notamment sur le logement social. Aussi bien à Kerfeunteun, avec Kervouyec, à Penhars avec Kervalguen, ou à Ergué Armel avec Linéostic, nous favoriserons la mixité sociale et générationnelle, respectueux de notre environnement et notre qualité de vie. Nous amplifierons les actions en faveur du logement social, qui permet de réduire les inégalités sur ce premier droit élémentaire de l’accès au logement. Nous créerons également un office centralisateur de recensement et d’accompagnement individualisé vers le logement adapté pour les personnes en situation de handicap.

Enfin, la densification du centre-ville pour favoriser son attractivité. Comme pour l’ancienne bibliothèque de Toul Al Laër, en cœur de ville, qui sera remplacée par du logement et des commerces, tout comme l’ancienne caserne des pompiers au Cap Horn, qui sera transformé en logements et équipements de proximité, ou encore l’ancienne école Saint Corentin, transformée en résidence pour les seniors.

Sur chaque sujet qui fait le quotidien des habitants de notre cité, nous avons des propositions précises et qui s’inspirent de notre volonté de tenir compte des singularités en construisant ensemble une ville ouverte sur l’avenir.

 

LA PAGAILLE !!!

Le candidat de Jean-François Copé sur Quimper souhaite donc organiser la pagaille dans le centre-ville de Quimper. Avec un « plan voiture » contradictoire, peu clair, non chiffré bien que très certainement particulièrement couteux, et incompatible avec le partage de l’espace public selon les différents modes de déplacement.

Il s’appuie sur le programme national du CERTU, avec lequel la ville travaille, et donc nullement inconnu par le maire et son équipe comme il l’affirme de façon clairement mensongère. Sauf que, comme nous connaissons fort bien ce programme, nous constatons que Ludovic Jolivet y a surtout pioché ce qui l’arrange bien, car il passe sous silence le fait que « la clé de ce programme est bien de réduire la place de la voiture sur la voirie – circulation et stationnement – au bénéfice des autres modes « . CF Certu : Septembre 2013 « une voirie pour tous ». Le changement de paradigme avec ce qu’il dit depuis 6 ans, à 6 semaines du premier tour de l’élection municipale est ici surtout affaire électoraliste.

Par ailleurs, et sans trop de surprises, la dimension du handicap est niée dans son programme.

En effet, la suppression des feux tricolores dans le centre-ville pourrait poser un véritable problème d’accès au cœur de Quimper aux personnes déficientes visuelles. Nous avons, depuis le début du mandat, programmé la mise en accessibilité des carrefours à feux à l’aide d’un boitier sonore indiquant à quel moment il est possible de traverser.

Plus de feux tricolores, plus de passages possibles pour les personnes déficientes visuelles. Et pour le moment, aucune proposition alternative à ce problème, qui n’a évidemment pas été pensé.

Par ailleurs, la réduction de 3 mètres pour la longueur des bus posera la question du nombre de places réservées pour les personnes en fauteuil à l’intérieur même du bus. Nous travaillons à ce qu’au moins deux places soient présentes dans tous les bus, ce qui nécessite déjà des compromis en matière de partage de l’espace. Dans ce qui est développé par la droite Quimpéroise ici, soit il n’y a qu’une place réservée dans tous les bus, voir aucune, ou alors moins pour tous les autres, y compris les personnes âgées qui ont besoin de s’asseoir.

Le service Handiqub n’est pas une substitution au réseau de transports en commun, mais une complémentarité, en « porte à porte » pour les personnes handicapées qui ne peuvent prendre le transport en commun. Dans notre projet complet pour la ville, et non parcellaire, au gré des événements, nous évoquons « la poursuite du travail avec handiqub au-delà de l’accessibilité de l’ensemble du réseau ».

Au final, peu de surprises, car le candidat UMP est en cohésion avec le désert sur une quelconque politique du handicap à notre arrivée en 2008 et l’absence pendant 6 ans des élus d’opposition aux commissions d’accessibilité.

Bref, la pagaille organisée et le déni des singularités, qui en disent long sur ce que serait une éventuelle future gestion de la ville et de l’agglomération.

Bonne lecture

Notre liste « Quimper pour vous » a présenté son projet, au sujet duquel je serai facilement tenté de vous dire qu’il est évidemment plus pertinent que celui de nos principaux concurrents dans cette élection municipale et communautaire.

Je ne le dirai pas, et ce pour une excellente raison puisque pour le moment, la liste menée par le candidat de Jean François Copé sur Quimper n’a tout simplement aucun projet d’ensemble porteur d’avenir pour la ville.

Gageons que ça ne saurait tarder, même si j’avoue mon scepticisme.. En effet, de notre côté, nous avons, tout d’abord au sein du parti socialiste travaillé depuis un an sur un projet qui a ensuite été validé et amendé par nos partenaires de gauche. Un vrai travail de bilan et de perspectives pour la ville. D’autres listes nous parlent de certaines thématiques qui semblent se travailler au gré des évènements. Ce n’est ni sérieux ni responsable et en dit long sur une future gestion.

Notre projet inclut bien évidemment une phase de bilan, qui se juge à l’importance des projets qui s’annoncent. Ce n’était pas le cas en 2008, c’est le cas en 2014. Le progrès ou le déclin, l’action ou l’immobilisme, marqueur de la droite à Quimper depuis des années.

Les axes conducteurs, qui sont autant partie d’un bilan, se prolongeant dans un projet sont notamment :

L’attractivité comme vecteur de développement et d’emploi, en offrant aux entreprises les réserves foncières suffisantes pour les terrains, des modes de transport rapides et modernes, l’équipement numérique en très haut débit, l’encouragement à l’enseignement, la recherche et l’innovation, l’offre de services éducatifs, sportifs et culturels pour les salariés, et surtout la priorité donnée au logement pour que chacun puisse accomplir un choix d’habitation.

La solidarité comme vecteur de cohésion, en adaptant à chaque famille la politique fiscale comme la politique tarifaire de services offerts, par des abattements pour la première et de la progressivité pour la seconde. Tout doit être accessible à tous, concernant la petite enfance, l’école, les équipements sportifs, culturels, socio-culturels. Le soutien au CCAS (+12 % sur le dernier mandat) sera renforcé ainsi que les structures d’insertion, l’aide aux associations et aux maisons pour tous ainsi que l’accessibilité pour les personnes en situation de handicap.

La modernité comme vecteur d’avenir, qui est le sens du développement des transports en commun sur l’agglomération, le projet de la gare, le pôle culturel Max Jacob, le pôle sportif de Creach Gwen, le futur centre des congrès, la révolution numérique, et le projet Ialys, qui nous permettra de devenir un territoire référent en matière élémentaire.

Bref, une vraie ambition pour notre territoire, avec 200 propositions sur l’ensemble des sujets qui touchent notre ville et notre agglomération au quotidien comme la création d’un nouveau grand quartier, d’une plateforme jeunesse à la providence, d’un nouvel EPHAD, le soutien aux manifestations sportives et culturelles gratuites pour tous en cœur de ville, la halle des sports de Kerfeunteun, le maintien d’un haut niveau de service au public au travers le CCAS et les MPT, l’observatoire de l’emploi, les assises de l’attractivité du centre-ville etc etc..

Vous trouverez notre projet et ses 200 propositions en cliquant ici.

Et bien sur notre site internet, particulièrement réactif et participatif : www.poignant2014.fr

Dès aujourd’hui, nous viendrons à votre rencontre pour échanger sur vos attentes et notre projet, car il est pour vous, car il s’agit de « Quimper pour vous ».