En marche… Arrière ??

«En marche », nouveau mouvement, qui génère une micro-révolution et un psychodrame dans le landerneau médiatico politique parisien.. Même si les ramifications locales seront bien sur évidentes..

Dans le clip promotionnel qui accompagne le projet, « En marche » repose donc sur je cite « des idées neuves« … OK… Sauf que le « ni de gauche ni de droite » revendiqué par M. Macron était déjà utilisé par…. Giscard…

Sauf que le « ni de gauche, ni de droite », veut surtout dire jamais à gauche.. Ou pour reprendre Mitterrand : « le centre, cette variété molle de la droite ».. ou mieux encore : « Si quelqu’un se revendique ni de droite, ni de gauche, c’est qu’il est ni de gauche, ni de gauche... »

Dans un permanent politique bashing, « dépasser les clivages partisan » est devenu malgré tout une assertion très dans l’air du temps mais finalement très lisse et politiquement correct, qui pourtant passerait contre toute attente pour une forme de modernité..

Ce dépassement des clivages partisans s’incarne très certainement sur certains projets à l’échelle local.. Mais plus on monte dans la prise de décisions.. Plus cette base idéologique devient infondée. Au contraire, on peut partir du postulat que le clivage partisan permet, en allant  jusqu’au bout d’un désaccord, d’étudier toutes les problématiques d’un sujet, pour aboutir à une décision assumée.

Mais en commençant tout de suite par l’incolore et l’inodore… le « ni de gauche, ni de droite » C’est l’immobilisme assuré… J’en reviens en effet à mon Giscard… qui fut l’emblème du non mouvement. La seul marche en avant fut celle de son départ à pied de l’Elysée, mais politiquement, ce mandat fut plutôt un détonnant.. surplace… Définitivement, rien de nouveau sous le soleil avec le sujet du jour.. Tous ceux qui ont présidé au centre (et ils sont nombreux…) n’ont quasiment jamais réussi à mettre en œuvre UNE réforme politique d’ampleur (hors sociétal), avec des vrais retombées importantes pour le quotidien des gens…

Le « ni gauche ni droite » n’aurait en effet pas permis : les congés payés, les 39 heures à l’époque, le RMI, l’abolition de la peine mort, la loi sur l’avortement, les 35H00, le CMU, le PACS, le mariage pour tous etc…

Pour le coup, je suis en désaccord avec mon camarade Gérard Filoche.. Macron est tout sauf un OVNI.. Il est juste « normal » (comme dirait un autre) ,en développant des idées d’un classicisme confondant.. Sans doute une question d’air du temps puisqu’on nous fait déjà le coup de la révolution des idées avec… Alain Juppé…

Mais politiquement la démarche est habile.. Car d’abord elle est positive, ce qui manque aujourd’hui. Ensuite, un peu de projection donc de presque fiction : Si François Hollande est candidat, la création de ce mouvement est comme un « poisson pilote » pour la conquête d’un électorat centre-droit.. qu’il faudra soit contester à Juppé, soit carrément « piquer » à Sarkozy..

Mais si François Hollande n’est pas candidat, Emmanuel Macron se crée alors sa propre histoire avec une structure opérationnelle qui pourra lui servir très vite..

C’est donc intelligent stratégiquement car « gagnant gagnant » comme dirait une autre ministre. Mais sur le contenu, sauf à croire que l’extrême centre incarne l’avenir.. « En marche » suit une ligne forcément.. droite…

Étiquettes : , , , , ,
Previous post
Next post

One Response to En marche… Arrière ??

  1. GRALL says:

    J’insisterais sur le fait que ce qui est très intéressant dans ce mouvement, aussi appelé « la gauche libre », est qu’il n’a pas été créé par un homme (Emmanuel MACRON) mais par quelques jeunes fortement mobilisés pour soutenir un projet de Loi porté par Emmanuel MACRON et des idées.
    Je ne suis pas en accord avec le fait que ce soit stratégique dans la mesure où Emmanuel MACRON n’a rencontré les initiateurs du mouvement « les jeunes avec Macron » que deux fois depuis sa création (dont une fois à sa demande). A l’issue de ces rencontres, il n’a pas posé de condition particulière sur l’utilisation de son nom ou exprimé la volonté de modérer le contenu des propos du collectif. N’est-ce pas là une nouvelle manière de faire la politique ?
    Ces jeunes ont tous eu un passé militant, que ce soit au MJS ou à l’UNEF (toujours de gauche non ?). Ces jeunes refusent les logiques partisanes actuelles comme beaucoup de citoyens d’ailleurs. A l’origine, ils n’appréciaient plus écouter les anciens en section refaire l’histoire de la SFIO, du PS, des victoires passées de la Gauche, ce qui les a conduit à initier cette « nouvelle marche ».
    Initiative nouvelle donc, qui donne des perspectives, pas toujours partagées à Gauche certes, mais avec la volonté de changer la manière de faire de la politique en France.
    Ni de droite, ni de gauche, c’est en tout cas une volonté de changement des logiques actuelles qui sont indéniablement contestées ; le mouvement « Nuit Debout » en témoigne.
    Ce qui semble se dessiner c’est qu’Emmanuel MACRON suit le même chemin que Justin Trudeau outre Atlantique (Social Libéral assumé mais pas de droite j’insiste). C’est ce qui agace aussi. Il incarne ce renouveau politique, que ce soit pour servir d’aiguilleur à François Hollande pour 2017 ou pas.
    A suivre donc.

Postez un commentaire