Le Blog de Jean-Marc Tanguy
Le Blog de Jean-Marc Tanguy

Faire battre vos cœurs..

Cette campagne à une semaine du premier tour est incontestablement aussi polluée par les affaires, la facilité, l’argent et le concours de beauté absurde et permanent, qu’elle est pourtant décisive pour l’avenir de notre nation et de ses enfants.. La façon dont se déroule cette campagne me fait dire que nous sommes au bord du rapt démocratique..

Pour théoriser simplement la définition de la crise de Gramsci, l’ancien monde se meurt, mais la double peine serait d’empêcher le nouveau de naître. C’est l’enjeu de cette campagne : la continuation ou l’aggravation des multiples crises ou la construction collective et non naïve d’un futur désirable..

Sortez le temps de cette lecture de la dictature sondagière, de la logorrhée des commentateurs cathodiques ou de certains pouvoirs financiers qui voient comme leurs pires ennemies les mutations indispensables qui viennent contrecarrer les aspirations des puissants.. Car être de gauche, c’est avoir une aversion pour ceux qui sont si durs avec les plus faibles, et si faibles avec les plus puissants.

Car on peut avoir raison sans hurler. La panoplie providentielle de celle oui celui qui enfile le costume de sauveur de la patrie, frappé-e- par le génie de la nation est un mythe, une fable, qui maintient le peuple à disposition d’un pouvoir concentré dans les mains d’un-e- seul-e-. C’est immaturité démocratique d’estimer qu’une figure iconique autoritaire serait l’ultime réponse à la souffrance et à la déspérance. Ce vieux monde, cette monarchie républicaine, nous sommes les seuls en Europe à imaginer qu’elle est le remède.. 30 ans d’échec cumulé en pensant ainsi…

Le rapport au peuple n’est pas celui de l’abstraction aux foules.. La question n’est pas de « faire président ».. Le singe qui imite le lion reste un singe.. C’est de privilégier toujours le nous, et ne pas tomber dans le « jeu du je ».

On vote pour la république, pas pour la présidence, on vote pour nos enfants, pas pour des personnalités, on vote pour un projet, pas pour des candidats tribunitiens.. On vote pour celui non pas qui le veut le plus, non pas pour un monarque et la régente, mais pour celui qui sincèrement, honnêtement porte un projet cohérent, novateur et plein d’espoir pour nos enfants.. Pour le seul candidat qui dit ne pas détenir la vérité à lui seul. Soupçonnons Benoit Hamon d’être honnête.

Soyons matures démocratiquement..

Je prends un exemple, celui du handicap, mais qui vaut pour tous les sujets.. Au lieu de parler du handicap pendant 40 minutes en conférence de presse sans que 30 secondes n’y soit même consacrée dans les médias nationaux, et d’avoir travaillé des semaines pour arriver à 73 propositions si précises sur tous les sujets liés aux situations de handicap, qui peuvent avoir un impact sur des millions et des millions de personnes, sans doute que Benoit Hamon aurait dû s’asseoir sur un fauteuil roulant.. Le poids de l’image.. Voilà sans doute comment fonctionne aujourd’hui la politique.. Alors, il ne faut pas céder à ces facilités, à cette médiocrité, à cette dictature sondagière qui influence plus qu’elle ne dit la vérité.

La meilleure façon de lutter contre les lamentables trahisons et méthodiques défections est précisément de voter ce qu’ils ne veulent pas que vous votiez.. Très honnêtement, le problème aujourd’hui est dans doute davantage le parti socialiste que le socialisme.. Socialisme incarné par Benoit Hamon et son projet. Le futur désirable en centralité entre la folle sortie de la zone Euro de Jean Luc Mélenchon avec ses ambiguïtés face à des régimes politiques autoritaires et les choix ultra-libéraux d’Emmanuel Macron avec ses ambiguïtés face à des puissances qui ne laisseront jamais s’installer les réponses courageuses aux défis de demain.

La pire façon de lutter contre le front national est précisément la peur du front national.. La démocratie ne se contourne pas.. Le vote est un acte de conviction et non de peur. Au-delà du barrage demain au FN, c’est un pont pour après-demain.. Ces politiques peureuses et si peu audacieuses n’ont fait que prospérer les nationalismes partout en Europe. Alors que parler à celles et ceux qui aujourd’hui se réfugient derrière un vote de colère, loin de toute raison est précisément pour une fois, ne serait-ce que de leur parler dans les yeux, en leur proposant le refus de la fatalité. Alors, ils quitteront l’entreprise familiale de mythification Le Pen..

Etre de gauche c’est d’affirmer que ce sont les plus vulnérables qui sont le moins bien protégés.. De gauche, c’est d’abord et avant tout pour eux que nous faisons de la politique.. Car nous savons que pour être libres, il faut d’abord avoir des droits. La liberté ne se décrète pas.. Si nous n’agissons pas ainsi, alors nous faisons de la politique à gauche pour qui ? Pour un clan.. pour notre clan.. Quel est ce réalisme, ce pragmatisme, qui ne conduit à la fin qu’à la passivité, l’inaction et la technocratie. Et qui ne mène qu’à un seul chemin : le front national..

La solution ne peut pas non plus être, ne serait-ce que prendre le risque de sortir de la zone Euro.. Car si la France sort de la zone Euro, elle sort fatalement de l’Europe.. Et l’Europe sort fatalement du concert international sans la France.. Soyons intimement Européen, et car nous aimons l’Europe, changeons là.. « On ne tombe pas amoureux d’un grand marché », comme disait Jacques Delors.. La seule réponse pour éviter ce marché glaçant et ignorant des peuples sera politique et démocratique.

La solution n’est pas davantage de faire allégeance au Kremlin, en renégociant avec lui les frontières, car à rebours, aujourd’hui, nous avons besoin de l’Europe comme jamais… Face aux dislocations à l’Est et à l’Ouest.. face à Trump et à Poutine… Nous avons besoin d’une Europe solide, de l’Europe de la paix.. Et pas d’un plan B plombée, dont l’issue est irrémédiable..

La solution n’est pas non plus de détricoter le droit du travail par ordonnance, de supprimer l’ISF, d’augmenter la CSG, la TVA, d’être timoré ou absent des enjeux environnementaux, à l’aulne pourtant de grands scandales sanitaires en cas d’inaction..

L’irréalisme, la vraie utopie c’est de croire en la divine apparition de la croissance, inexistante depuis des décennies, ou alors servant les intérêts de toujours les mêmes.. Disons-le clairement, ce qui est bon pour l’économie ne l’est pas forcément pour vous… En Grèce ou en Espagne, comme disait Coluche « les pauvres seront contents d’apprendre qu’ils habitent un pays riche. »

Emmanuel Macron et François Fillon portent ces projets libéraux et ultra libéraux. L’un disant : « enrichissez vous ».. L’autre disant : « enrichissez nous »..

Ils sont le porteurs d’un vieux monde qui ne sourcille pas devant les 8 personnes qui détiennent 50 % des richesses de la planète.. Ils ont la main qui tremble face aux 500 Français qui détiennent 456 Milliards d’Euros, plus que le budget de l’état..

Une mesure pour ne pas se laisser faire : le revenu universel d’existence qui permet la revalorisation du travail… la réconciliation du travailleur et du chômeur.. Le revenu universel paye le travail à sa juste valeur.. Il augmente de 400 Euros la différence entre le RSA et un travail au SMIC à mi-temps. Il lutte contre la grande précarité, il protège et inverse les rapports de force.

Qu’on arrête de nous faire croire que ce nouveau pilier de la sécurité sociale, voulu par le conseil national de la résistance, qui coûte moins cher que le pacte de compétitive sans aucun résultat du quinquennat sortant n’est pas finançable quand il s’agit d’aider les travailleurs pauvres, les précaires, les jeunes, les temps partiels etc… Quel mépris pour ceux qui vont si mal..

Le rapport au travail, c’est ne plus accepter de laisser faire.. Laisser faire le libéralisme, qui évolution démographique et raréfaction du travail combinés feront dire à Fillon et Macron d’ici très peu de temps vous verrez.. si opar malheur l’un d’entre eux devaient présidez au destin du pays que le départ à la retraite devra flirter avec les 70 ans..

Et quand justement, on réclame à corps et à cris le recul de l’âge de départ en retraite, on retarde surtout l’arrivée sur le marché du travail des jeunes générations.. Donc l’on crée du chômage… Le Revenu Universel, ce n’est pas déplaire à ceux qui ne souffrent pas au travail, mais c’est permettre à celles et ceux, invisibles, qui se réfugient dans un vote de peur et de haine de ne plus subir cette insupportable pression et autorité de grands groupes qui veut toujours faire travailler plus en gagnant toujours moins… Le libéralisme ne fera que conforter cette terrible injustice pour toujours les mêmes..

Nous croyons en la valeur du travail, nous essayons lucidement avec un projet novateur, argumenté et budgété de casser la machine à désespérer et de construire un futur désirable pour les 4 générations qui se côtoient désormais..

Nous voulons réinventer la démocratie sociale, préserver notre bien commun l’environnement. Nous voulons créer la première république sociale, écologique et bienveillante.. Ce n’est pas être naïf que de porter l’espoir pour les autres.. Mais c’est être lucide de dire que nous abattrons les murs qui se dressent, que nous ne regardons pas la carte d’identité quand nous tendrons la main..

Une confidence pour conclure : Après m’avoir donné envie de faire plus encore, de lutter contre l’ordre acquis ou établi, j’aimerai que les mots de Benoit Hamon sur les maux de la France et de l’Europe fasse battre autant vos cœurs que le mien..

Nous sommes le cœur brulant de la gauche, le cœur battant de la France.

Pour toutes ces raisons, je suis fier du candidat, fier du projet, fier de sa campagne..

Trop souvent, on le trouve « sympa ».. On trouve son projet « très bien fait ».. Mais on est pas sûr de voter pour lui..

J’entends même qu’il « aurait raison trop tôt ».. Mais en quoi voir plus loin et être avant-gardiste constitueraient une mesure d’empêchement de vote.. Et si on prenait un temps d’avance dès maintenant..

Benoit Hamon vient de la Terre de granit qu’est la Bretagne.. Il vient de Brest, ville de métal et de feu, d’un Finistère où tout commence et où tout est ouvert sur l’immensité et sur l’éternité..

Alors, Il faut tenir et faire face à l’air du temps.. ne pas se laisser guider par l’amertume de l’écume des jours..

L’espérance et le futur désirable sont à portée de vote..

Ne votez pas contre, Votez POUR, votez POUR plus de justice, POUR plus d’écologie, POUR plus d’égalité, POUR plus de fraternité, votez POUR Benoit Hamon Dimanche prochain.. Car aujourd’hui au creux de l’hiver.. Mais Demain c’est la possibilité de l’invincible été..