Le Blog de Jean-Marc Tanguy
Le Blog de Jean-Marc Tanguy

Faire battre vos cœurs..

Cette campagne à une semaine du premier tour est incontestablement aussi polluée par les affaires, la facilité, l’argent et le concours de beauté absurde et permanent, qu’elle est pourtant décisive pour l’avenir de notre nation et de ses enfants.. La façon dont se déroule cette campagne me fait dire que nous sommes au bord du rapt démocratique..

Pour théoriser simplement la définition de la crise de Gramsci, l’ancien monde se meurt, mais la double peine serait d’empêcher le nouveau de naître. C’est l’enjeu de cette campagne : la continuation ou l’aggravation des multiples crises ou la construction collective et non naïve d’un futur désirable..

Sortez le temps de cette lecture de la dictature sondagière, de la logorrhée des commentateurs cathodiques ou de certains pouvoirs financiers qui voient comme leurs pires ennemies les mutations indispensables qui viennent contrecarrer les aspirations des puissants.. Car être de gauche, c’est avoir une aversion pour ceux qui sont si durs avec les plus faibles, et si faibles avec les plus puissants.

Car on peut avoir raison sans hurler. La panoplie providentielle de celle oui celui qui enfile le costume de sauveur de la patrie, frappé-e- par le génie de la nation est un mythe, une fable, qui maintient le peuple à disposition d’un pouvoir concentré dans les mains d’un-e- seul-e-. C’est immaturité démocratique d’estimer qu’une figure iconique autoritaire serait l’ultime réponse à la souffrance et à la déspérance. Ce vieux monde, cette monarchie républicaine, nous sommes les seuls en Europe à imaginer qu’elle est le remède.. 30 ans d’échec cumulé en pensant ainsi…

Le rapport au peuple n’est pas celui de l’abstraction aux foules.. La question n’est pas de « faire président ».. Le singe qui imite le lion reste un singe.. C’est de privilégier toujours le nous, et ne pas tomber dans le « jeu du je ».

On vote pour la république, pas pour la présidence, on vote pour nos enfants, pas pour des personnalités, on vote pour un projet, pas pour des candidats tribunitiens.. On vote pour celui non pas qui le veut le plus, non pas pour un monarque et la régente, mais pour celui qui sincèrement, honnêtement porte un projet cohérent, novateur et plein d’espoir pour nos enfants.. Pour le seul candidat qui dit ne pas détenir la vérité à lui seul. Soupçonnons Benoit Hamon d’être honnête.

Soyons matures démocratiquement..

Je prends un exemple, celui du handicap, mais qui vaut pour tous les sujets.. Au lieu de parler du handicap pendant 40 minutes en conférence de presse sans que 30 secondes n’y soit même consacrée dans les médias nationaux, et d’avoir travaillé des semaines pour arriver à 73 propositions si précises sur tous les sujets liés aux situations de handicap, qui peuvent avoir un impact sur des millions et des millions de personnes, sans doute que Benoit Hamon aurait dû s’asseoir sur un fauteuil roulant.. Le poids de l’image.. Voilà sans doute comment fonctionne aujourd’hui la politique.. Alors, il ne faut pas céder à ces facilités, à cette médiocrité, à cette dictature sondagière qui influence plus qu’elle ne dit la vérité.

La meilleure façon de lutter contre les lamentables trahisons et méthodiques défections est précisément de voter ce qu’ils ne veulent pas que vous votiez.. Très honnêtement, le problème aujourd’hui est dans doute davantage le parti socialiste que le socialisme.. Socialisme incarné par Benoit Hamon et son projet. Le futur désirable en centralité entre la folle sortie de la zone Euro de Jean Luc Mélenchon avec ses ambiguïtés face à des régimes politiques autoritaires et les choix ultra-libéraux d’Emmanuel Macron avec ses ambiguïtés face à des puissances qui ne laisseront jamais s’installer les réponses courageuses aux défis de demain.

La pire façon de lutter contre le front national est précisément la peur du front national.. La démocratie ne se contourne pas.. Le vote est un acte de conviction et non de peur. Au-delà du barrage demain au FN, c’est un pont pour après-demain.. Ces politiques peureuses et si peu audacieuses n’ont fait que prospérer les nationalismes partout en Europe. Alors que parler à celles et ceux qui aujourd’hui se réfugient derrière un vote de colère, loin de toute raison est précisément pour une fois, ne serait-ce que de leur parler dans les yeux, en leur proposant le refus de la fatalité. Alors, ils quitteront l’entreprise familiale de mythification Le Pen..

Etre de gauche c’est d’affirmer que ce sont les plus vulnérables qui sont le moins bien protégés.. De gauche, c’est d’abord et avant tout pour eux que nous faisons de la politique.. Car nous savons que pour être libres, il faut d’abord avoir des droits. La liberté ne se décrète pas.. Si nous n’agissons pas ainsi, alors nous faisons de la politique à gauche pour qui ? Pour un clan.. pour notre clan.. Quel est ce réalisme, ce pragmatisme, qui ne conduit à la fin qu’à la passivité, l’inaction et la technocratie. Et qui ne mène qu’à un seul chemin : le front national..

La solution ne peut pas non plus être, ne serait-ce que prendre le risque de sortir de la zone Euro.. Car si la France sort de la zone Euro, elle sort fatalement de l’Europe.. Et l’Europe sort fatalement du concert international sans la France.. Soyons intimement Européen, et car nous aimons l’Europe, changeons là.. « On ne tombe pas amoureux d’un grand marché », comme disait Jacques Delors.. La seule réponse pour éviter ce marché glaçant et ignorant des peuples sera politique et démocratique.

La solution n’est pas davantage de faire allégeance au Kremlin, en renégociant avec lui les frontières, car à rebours, aujourd’hui, nous avons besoin de l’Europe comme jamais… Face aux dislocations à l’Est et à l’Ouest.. face à Trump et à Poutine… Nous avons besoin d’une Europe solide, de l’Europe de la paix.. Et pas d’un plan B plombée, dont l’issue est irrémédiable..

La solution n’est pas non plus de détricoter le droit du travail par ordonnance, de supprimer l’ISF, d’augmenter la CSG, la TVA, d’être timoré ou absent des enjeux environnementaux, à l’aulne pourtant de grands scandales sanitaires en cas d’inaction..

L’irréalisme, la vraie utopie c’est de croire en la divine apparition de la croissance, inexistante depuis des décennies, ou alors servant les intérêts de toujours les mêmes.. Disons-le clairement, ce qui est bon pour l’économie ne l’est pas forcément pour vous… En Grèce ou en Espagne, comme disait Coluche « les pauvres seront contents d’apprendre qu’ils habitent un pays riche. »

Emmanuel Macron et François Fillon portent ces projets libéraux et ultra libéraux. L’un disant : « enrichissez vous ».. L’autre disant : « enrichissez nous »..

Ils sont le porteurs d’un vieux monde qui ne sourcille pas devant les 8 personnes qui détiennent 50 % des richesses de la planète.. Ils ont la main qui tremble face aux 500 Français qui détiennent 456 Milliards d’Euros, plus que le budget de l’état..

Une mesure pour ne pas se laisser faire : le revenu universel d’existence qui permet la revalorisation du travail… la réconciliation du travailleur et du chômeur.. Le revenu universel paye le travail à sa juste valeur.. Il augmente de 400 Euros la différence entre le RSA et un travail au SMIC à mi-temps. Il lutte contre la grande précarité, il protège et inverse les rapports de force.

Qu’on arrête de nous faire croire que ce nouveau pilier de la sécurité sociale, voulu par le conseil national de la résistance, qui coûte moins cher que le pacte de compétitive sans aucun résultat du quinquennat sortant n’est pas finançable quand il s’agit d’aider les travailleurs pauvres, les précaires, les jeunes, les temps partiels etc… Quel mépris pour ceux qui vont si mal..

Le rapport au travail, c’est ne plus accepter de laisser faire.. Laisser faire le libéralisme, qui évolution démographique et raréfaction du travail combinés feront dire à Fillon et Macron d’ici très peu de temps vous verrez.. si opar malheur l’un d’entre eux devaient présidez au destin du pays que le départ à la retraite devra flirter avec les 70 ans..

Et quand justement, on réclame à corps et à cris le recul de l’âge de départ en retraite, on retarde surtout l’arrivée sur le marché du travail des jeunes générations.. Donc l’on crée du chômage… Le Revenu Universel, ce n’est pas déplaire à ceux qui ne souffrent pas au travail, mais c’est permettre à celles et ceux, invisibles, qui se réfugient dans un vote de peur et de haine de ne plus subir cette insupportable pression et autorité de grands groupes qui veut toujours faire travailler plus en gagnant toujours moins… Le libéralisme ne fera que conforter cette terrible injustice pour toujours les mêmes..

Nous croyons en la valeur du travail, nous essayons lucidement avec un projet novateur, argumenté et budgété de casser la machine à désespérer et de construire un futur désirable pour les 4 générations qui se côtoient désormais..

Nous voulons réinventer la démocratie sociale, préserver notre bien commun l’environnement. Nous voulons créer la première république sociale, écologique et bienveillante.. Ce n’est pas être naïf que de porter l’espoir pour les autres.. Mais c’est être lucide de dire que nous abattrons les murs qui se dressent, que nous ne regardons pas la carte d’identité quand nous tendrons la main..

Une confidence pour conclure : Après m’avoir donné envie de faire plus encore, de lutter contre l’ordre acquis ou établi, j’aimerai que les mots de Benoit Hamon sur les maux de la France et de l’Europe fasse battre autant vos cœurs que le mien..

Nous sommes le cœur brulant de la gauche, le cœur battant de la France.

Pour toutes ces raisons, je suis fier du candidat, fier du projet, fier de sa campagne..

Trop souvent, on le trouve « sympa ».. On trouve son projet « très bien fait ».. Mais on est pas sûr de voter pour lui..

J’entends même qu’il « aurait raison trop tôt ».. Mais en quoi voir plus loin et être avant-gardiste constitueraient une mesure d’empêchement de vote.. Et si on prenait un temps d’avance dès maintenant..

Benoit Hamon vient de la Terre de granit qu’est la Bretagne.. Il vient de Brest, ville de métal et de feu, d’un Finistère où tout commence et où tout est ouvert sur l’immensité et sur l’éternité..

Alors, Il faut tenir et faire face à l’air du temps.. ne pas se laisser guider par l’amertume de l’écume des jours..

L’espérance et le futur désirable sont à portée de vote..

Ne votez pas contre, Votez POUR, votez POUR plus de justice, POUR plus d’écologie, POUR plus d’égalité, POUR plus de fraternité, votez POUR Benoit Hamon Dimanche prochain.. Car aujourd’hui au creux de l’hiver.. Mais Demain c’est la possibilité de l’invincible été..

Plaidoyer pour le projet de Benoit Hamon

Le projet de Benoit Hamon me paraît être le plus à même de rassembler la gauche. Car n’oublions pas que c’est le premier objectif. Si la gauche n’est pas rassemblée au premier tour le 23 Avril prochain, c’est l’histoire même de l’élection présidentielle, la défaite sera au RDV. Mais contrairement aux affirmations du rouleau compresseur cathodique, rien n’est joué à l’avance.. Le programme de Benoit Hamon est le seul qui me semble-t-il propose un projet de transformation de la société, une nouvelle approche, de notre rapport au travail et à l’économie. Et de cette vision, émanent des propositions concrètes sur tous les sujets, qui ne s’écrivent pas au fil de l’eau, ou en urgence entre noël et le jour de l’an façon devoir de vacances, mais qui répondent à une exigence de progrès social et écologique, à une république bienveillante et humaniste, et à une France indépendante et protectrice.

Le projet de Benoit Hamon est clairement ancré à gauche et réaliste. Une gauche qui s’assume, qui n’a pas peur d’elle-même, qui ne propose pas uniquement des rustines de régulation de l’austérité, mais un projet de transformation, ambitieux, crédible, cohérent, argumenté et chiffré. En cela, Benoit Hamon depuis 20 ans dit la même chose, en s’étant bien sur adapté aux grandes mutations.. La cohérence, la constance sont des valeurs sures en politique.. Benoit Hamon allie cohérence, constance, verticalité. Il est lui-même, pas de posture, pas de culture du slogan, de communication à outrance, d’égo démesuré..

La droite l’a quelque part démontré à sa façon, le meilleur gage de présidentialité, est la cohérence, la défense d’une vision, avec des propositions précises et nouvelles. A sa façon, et c’est aussi pour cette raison que d’autres candidats se tendent légèrement, Benoit Hamon est en quelque sorte le François Fillon de gauche.

Quelques mesures phares du programme du candidat : Revenu universel qui permet d’Eradiquer la grande précarité et contribuer à définir un nouveau rapport au travail et au temps libre, la réduction du temps de travail, abrogation de la loi travail, 49-3 citoyen pour permettre à 1% du corps électoral d’imposer au parlement l’examen d’une loi, reconnaissance du vote blanc, droit de vote aux étrangers aux élections locales, recrutement de 40 000 enseignant-e-s, création d’un visa humanitaire, arrêt des pesticides et des perturbateurs endocriniens, une PAC verte pour accompagner la transition agricole.

Mais  cet ensemble se tient dans une vision que soutient Benoit Hamon, s’appuyant sur un complet changement de modèle qui interroge notre rapport à l’économie et notre rapport au travail.

Il propose un nouveau modèle économique et social. Et pas l’unique dogme des points de croissance, car, honnêtement, tabler sur la croissance, faire reposer toutes ses propositions sur des hypothèses de croissance.. C’est tout miser sur Pépin du Poirier dans la 8ème.. Comme depuis 30 ans, si l’hypothèse c’est la croissance, rien de ce que certains proposent ne se fera. C’est cela être irréaliste.. Et c’est surtout cela l’impuissance politique… A quoi ça sert de prendre le pouvoir si ce n’est pas pour transformer le monde.

La recherche continue de la croissance du PIB ne peut plus être un modèle quand il génère un système de développement productiviste et consumériste : quand il est excluant, fracture le pays et souvent dangereux écologiquement.

Pas plus que le dogme de la règle des 3 % de déficit, sur laquelle repose pourtant l’ensemble de notre système budgétaire et qui ne s’appuie pourtant sur.. absolument rien. Crée par Guy Abeille, jeune diplômé, à la demande de François Mitterand. Cette règle est une aberration économique. Personne n’ose dire le contraire.

Benoit Hamon prône un total changement de paradigme.. Sans parler de Stiglitz, ou de Picketty, Même le FMI et l’OCDE, que l’on ne peut pas taxer de gauchisme exacerbé disent bien que l’austérité, les dogmes budgétaires si mécaniquement réduisent dans un tout premier temps la dette.. Ces politiques baissent le niveau d’activité, et généré de la récession.. Selon l’observatoire des inégalités, l’Espagne et la Grèce connaissent des taux de pauvreté qui explosent la moyenne européenne.. Ils ont baissé leur dette, mais à quel prix !!! Voilà ce que génère donc la politique d’austérité ou sa simple régulation.

Ainsi, la seule vraie politique d’avenir est une mutation profonde de notre système économique, par une conversion écologique de notre modèle..

Le Revenu Universel par exemple soulève en réalité un vrai débat à gauche. Benoit Hamon pense en effet que le travail n’est pas le seul facteur d’émancipation.. Historiquement, la gauche voulait libérer l’individu de l’aliénation. On surinvestit en France le travail, qui est pourtant amené à disparaître progressivement par la révolution numérique. Le revenu universel permet donc la valorisation des engagement citoyens, bénévoles, associatifs. En sacralisant le travail, on stigmatise d’autant plus ceux qui n’ont pas d’activité.

La mécanique implacable de la raréfaction du travail (3 millions d’emplois en France supprimé à terme, selon le FMI) amènera mécaniquement la retraite à 70 ans, qu’on soit des tenants de l’austérité ou des régulateurs de cet austérité. Benoit Hamon nous propose de ne pas nous laisser faire et d’agir politiquement. C’est un vieux monde qui s’éteint, et à nous à gauche, d’ouvrir la prochaine page avec des réponses de gauche adaptées aux prochaines grandes mutations..

Et comme on parle parfois d’irréalisme à propos de Benoit Hamon.. Car il y a aujourd’hui Toujours un dominique Seux caché quelque part pour expliquer que rien n’est possible.. En 1945, quand le Conseil National de la Résistance a crée la sécurité sociale, heureusement que Dominique n’avait pas pignon sur rue pour nous expliquer que ce n’était pas possible avec une sécurité sociale qui coutait 100 % du PIB, quand le revenu universel en coûte entre 15 et 20 %.

Plus proche de nous, Michel Rocard de la « deuxième gauche ».. donc pas considérée comme la plus redistributive en 1988 avec le RMI, et qui avait aussi le projet d’un revenu universel pour les jeunes.

La fortune des plus riches ne cesse d’augmenter : Le capital cumulé des 500 Français les plus riches s’élève en 2015 à 460 milliards d’euros, cinq fois plus qu’en 1996.. Avec des augmentations fulgurantes ces dernières années.

Ainsi, pour le financement des propositions, Benoit Hamon propose, entre autres : La taxation des haut revenus, l’attaque de certaines niches fiscales, la lutte contre l’évasion et l’optimisation fiscale, une taxe de 0,65 % du patrimoine financier et immobilier et la taxe sur les grands groupes qui remplacent l’humain par le robot, renonçant ainsi au financement de la protection sociale..

Enfin, pour celles et ceux qui hésiteraient sur le soi-disant manque de « présidentialité » de Benoit Hamon, il est intéressant de constater que les deux derniers exercices présidentiels ne plaident pas en la faveur de cet argument. Car contrairement à ce qu’on pensait quelques mois avant.. Nicolas Sarkozy est celui qui a le plus abaissé la fonction présidentielle et si François Hollande ne se représente pas, c’est entre autre car on lui reproche de n’être jamais entré dans le costume..

« Faire président » c’est quoi ? avoir le bon manteau.. Le bon profil à la télé.. Marquer des silences en fin de phrases, faire preuve de solennité …J’ai tendance à penser que la cohérence, la constance, la vision d’ensemble peuvent construire en réalité un président. Benoit Hamon ne se veut pas dans le mythe mensonger d’un autre temps de l’homme providentiel, mais il est aujourd’hui le candidat utile à la gauche, et demain utile à la France.