Le Blog de Jean-Marc Tanguy
Le Blog de Jean-Marc Tanguy

La France a peur…

Afin de prolonger la séquence estivale introspective, j’ai eu le plaisir mais aussi la douleur de regarder « poison d’Avril », film malheureusement plus documentaire que fiction.. Le plaisir, car ce long métrage est d’un rare courage cinématographique, mais aussi la douleur, car il est d’un réalisme glaçant.

Les médias cathodiques et autres JT d’infos en prennent pour leur grade et c’est réjouissant. Y compris en revenant sur la période qui a précédé l’élection présidentielle de 2002, un véritable cas d’école.. La ligne éditoriale est alors claire, c’est la surenchère permanente de la stratégie de la peur.. Entretenir le sentiment d’insécurité devient l’unique objectif. La ménagère ne décolle plus de son canapé.. Le pouvoir est content, Bouygues aussi, c’est parfait.. Guy Bedos parlait en ce qui concerne le générique du JT de TF1 de « la musique qui fait peur à des millions de Français ». L’angoisse saisit tellement le téléspectateur qu’il n’ose plus le moindre mouvement..

 
A ce jeu de massacre quotidien, Sans être un théoricien du complot adepte des pensées «conspirationistes», tout semble bon, c’est le culte du fait divers amplifié et déformé avec un cynisme qui se déguise à peine.. Seul le détail, la surface comptent, surtout ne creusons pas, ne prenons pas le risque de dire la vérité, elle nécessite plus de travail que l’entretien permanent de toutes les formes de névrose. L’image brute, doit tout dire, car elle est sacro-sainte, incontestable, tant elle demeure dans les âmes et les cœurs. C’est pile là maintenant que le conditionnement peut s’entamer, car même mensongère, détournée, sortie de son contexte, et sans aucune valeur car sans aucune explication, l’image devient reine, hante les esprits et nie la pensée. C’est sans doute cela « le temps de cerveau disponible » dont parlait un fossoyeur des temps modernes de la pensée..

 
L’affaire Paul VOISE en est une terrifiante illustration. Rappelez vous ce brave Monsieur âgé au visage tuméfié, agressé deux jours avant la présidentielle de 2002. Dans la journée du Samedi précédant le 21 Avril, alors que l’information politique est proscrite, pour la journée dite « de réflexion », les médias ont leur bouquet final.. Le reportage sur papy Voise sera vu 19 fois sur LCI ce fameux Samedi. C’est aussi la stratégie de l’étouffement. Cette lessiveuse est définitivement implacable.
Pour « info », pour « charges insuffisantes », les agresseurs potentiels ont bénéficié d’un non lieu et Monsieur Voise n’était pas uniquement une brave victime immaculée. Étonnement, les principales chaînes d’information n’ont jamais évoqué cet épilogue.. ni 1 fois, ni 19 fois..

 
Avant le premier tour, Pasqua retirera sa candidature sous des motifs fallacieux, ne captant pas l’électorat hautement insécurisé et donnant l’autoroute que l’on sait à l’extrême droite française. Ajoutez-y le conditionnement anxiogène, au moment de glisser son bulletin dans l’urne le 21 Avril 2002… Lionel Jospin écarté, Jacques Chirac restera président … et … n’ira pas saluer les juges le Lundi 06 Mai 2002… C’était en France, dans notre siècle..

 
Étonnant que « poison d’Avril » n’ai jamais été diffusé par une des deux grandes chaînes.. ni « le cauchemar de Darwin » ou « pas vu, pas pris » ou de nombreux autres. Pourtant enrichissants documentaires. Au lieu d’élever, ces médias enlaidissent les consciences et semblent vouloir asservir leur public, attendu qu’eux mêmes sont inféodés à des puissances et enjeux qui s’éloignent considérablement des missions d’information et de création d’une conscience citoyenne collective. Ils habituent à l’inverse à la facilité et semblent vouloir mener à bien une entreprise universelle de lobotomisation de masse.

 
Ne pas regarder ces messes cathodiques est salutaire pour les neurones.. La presse écrite, la radio (certaines en particulier), internet, les lectures, les sorties, les discussions donnent d’autres accès.

 
Morceau choisi de poison d’Avril : un journaliste à un autre :
«C’est formidable, le groupe va créer une chaîne avec la météo 24H/24.. ».
Réponse : « ça existe déjà, ça s’appelle une fenêtre ».

La France a peur, à voir sans modération ici

 

 

Privés de parole !!!!

Déni de démocratie ce soir au conseil municipal de Quimper. En effet, Ludovic Jolivet, après avoir ouvert lui même un débat sur la réduction des dotations de l’état aux collectivités(à travers un voeu qu’il a retiré de l’ordre du jour du conseil municipal) refuse de donner la parole a l’opposition.

Après une première interruption de séance de notre groupe d’opposition, il rééditera son refus..

Privés de parole, nous ne pouvons que quitter la séance.

La démocratie est foulée au pied par le maire de Quimper qui a confondu autorité et autoritarisme.. Avec une rare agressivité, il a demandé à Gilbert Gramoullé de fermer… son micro, faisant ici penser à la citation de Jean-Louis BARRAULT : « La dictature, c’est ferme ta gueule, la démocratie, c’est cause toujours ».. 

Au delà de nos personnes et de nos électeurs, c’est par la même l ensemble des Quimpérois-e-s qui est pris en otage de ce déni de démocratie.

Ses premiers mots de maire furent : « je ne suis pas sectaire« .. On peut donc légitimement ce soir se poser la question

Sans doute gêné de cette erreur jamais vu à Quimper, la maire a révélé là son vrai visage. Il ne pourra ensuite que minimiser en évoquant un incident que nous aurions provoqué car nous n’avions rien à dire au conseil. Il nous connaît mal, et tente de masquer sa faute par cette sortie aussi prévisible que mensongère. Nous n’avions pas d’autre choix que de sortir puisque nous avons été privé de parole, mais voilà Monsieur le Maire ci dessous à quel point je n’avais rien préparé ce soir, et ce que vous auriez entendu « entre autre » :

« Je dois d’abord admettre ma surprise devant un rapport aussi politisé et partisan sur sa première page. Il est même assez déconcertant au regard de termes utilisés, au-delà de ce que chacun peut penser des TAP de demander à des fonctionnaires municipaux de rédiger un tract électoral plus qu’une délibération. Je n’avais pour ma part, même si je n’ai l’expérience que d’un mandat précédemment jamais vu ça. Et je formule le vœu (peut-être pieu) que dans un rapport officiel, de telles méthodes ne soient pas généralisées.

Pour les TAP, finalement, vous continuez exactement sur les modalités précédentes, à savoir un diagnostic par école et des concertations qui mènent à des expérimentations, décidées par les conseils d’école, lieu de débats et de prises de décisions. Par école, en effet, il était offert la possibilité de travailler sur les scénarios d’une heure 30, de trois fois une heure etc..

En tout cas, force est de constater que le cimetière des promesses électorales non tenues s’agrandit de jours en jours (à tel point qu’il va falloir sans doute mettre en place un compteur)

–           Rythmes scolaires : pas de pause comme promis, mais on continue ce qui se faisait avant, en l’enrobant un peu différemment et en s’octroyant les mérites de l’apaisement. Premier abandon de promesses donc.

–           Plateforme jeunesse : abandon pur et simple

–           Salle multisports : début d’abandon

–           Politique de transports : « on verra »

–           Projet Educatif local : « on rationalise »

–           Subvention aux associations d’aide aux personnes étrangères : ajournement sans explication

Le maire de Quimper reconnaît d’une part que la ville fut bien gérée et martèle d’autre part que le gouvernement a tant baissé les dotations aux collectivités, avec une logique de 50 milliards d’économie qu’il n’a plus de marges de manœuvre.. Pour les amis UMP de Monsieur JOLIVET, c’est 130 milliards d’économie qui serait nécessaire.. Qu’en serait-il alors …

Entre ce cimetière de promesses non tenues et les « on verra » permanents, difficile de savoir où va votre majorité. Mais je vous l’accorde, il vous reste la communication que vous maîtrisez là pour le coup très bien. »