Le Blog de Jean-Marc Tanguy
Le Blog de Jean-Marc Tanguy

Faites le…

Qu’ils furent beaux et généreux nos gladiateurs des temps modernes… Ils ont fait de l’assertion de Michéa : « Le plus beau but était une passe » une réalité et même un absolu. Tant hier, c’est le collectif qui s’est exprimé.. Face à la montagne qu’on nous présente depuis 1958 comme infranchissable, nos héros d’une soirée ont défendu tous ensemble avec une abnégation et une solidarité, qui confine à une forme de génie poétique sur toutes les lignes..

Hugo, Façon Gordon Banks de 1970 d’un soir. Kimmich avait marqué un but… Mais LLoris l’a arrêté… Sa sobriété et sa détermination lui donnent le supplément d’âme qui lui permet de livrer une copie parfaite et d’en faire hier soir le meilleur gardien de foot au monde, qui normalement pourtant était censé se trouver de l’autre côté du terrain.

Antoine, ce gamin à l’allure d’un dandy des années 30, qui avec ses deux buts hier soir a rappelé un certain 12 Juillet 98.. Grizou et Zizou même combat.. Griezman est un ébouriffant généreux, faisant partie de cette catégorie assez unique, qui à eux seuls peuvent changer le cours d’un match en un éclair. Si l’histoire va jusqu’au bout.. Pour continuer à filer la métaphore zinediste pleinement adaptée, s’il y a eu une génération Zidane, il pourrait y avoir une génération Griezmann.

Didier, sorte de sorcier vaudou tricolore, qui est l’homme de la situation, celui qui peut nous amener au bout de l’histoire, tant son esprit de la gagne et son sens de « l’anticipation situationnelle » lui fait trouver les mots pour sublimer son groupe. Dédé connaît le vertige victorieux et cultive un état d’esprit irréprochable afin d’amener ses troupes vers le beau, l’infini et l’éternité.. (CF Titre de l’équipe 13 Juillet 1998…). Le système D fonctionne à plein..

Attardons nous un paragraphe, mais pas plus.. Sur les « gâcheurs », les »grincheux » et autres esprits chagrins, qui n’ont de cesse que de vouloir gâcher la fête et qui étonnement même en serrant les dents n’ont pas encore lâché cette lecture.. Ca ne saurait tarder..

Ceux-là nous parlent de «Panem et Circenses », soit du « pain et des jeux », pour anesthésier les peuples et les détourner de l’essentiel.. Sans parler de ce que j’appelle souvent moi même « les milliardaires en crampons »… Mais pour reprendre encore Michéa, je répondrai que : « Signaler l’intérêt philosophique du football a en effet toutes les chances d’apparaître comme une provocation déplacée à une époque où le mépris des sentiments et des passions populaires est devenu un métier et passe pour une vertu ». C’est même devenu un sport, y compris pour une certaine gauche, qui s’en est fait l’experte et qui démontre là tout son mépris pour la chose populaire, pour la vie quotidienne des gens, pour leurs rêves et aspirations… Non ce n’est pas sale.. Et c’est même d’une splendeur qui échappe aux broyeurs de noir, qui ne comprennent pas ces moments de bravoure, se positionnant non pas comme une élite, car aigrie et déconnectée, mais plutôt comme une police moralisante de la pensée.. J’aime bestialement, tripalement, mais aussi poétiquement le foot et j’en suis fier Messieurs les censeurs !!!

Les larmes de Payet lors du France Roumanie sont les larmes du retour à l’enfance et du rêve de gosse.. On est bien sur au-delà du foot business. Et très sincèrement, que l’on aime ou pas, comment demeurer insensible à la communion que seul le sport, et en particulier le foot arrive à générer.. Certes, il y a fort à parier qu’en cas de ciel bleu Dimanche soir, cette communion, comme un enivrement collectif soit aussi intense qu’éphémère.. Mais comme dirait Aimé Jacquet « Quel beau truc à vivre »…

On ne communie plus aujourd’hui à grande échelle.. Ou du moins, le dernier besoin que l’on a ressenti en la matière fut motivé par l’horreur et l’effroi..

Tout le monde sait où il était le 12 Juillet 1998… Alors c’est vrai, depuis, qu’avons-nous fait de l’esprit Black Blanc Beurre.. Mais ne demandons pas au foot de résoudre tous les maux d’un pays qui ne sait pas se poser les bonnes questions sur sa jeunesse.. Mais ne serait-ce que les oublier l’espace d’un instant..

Alors, Hugo, Backary, Samuel, Laurent, Patrice, Blaise, Paul, Moussa, Dimitri, Antoine, Olivier et vos 12 amis, faites le.. Vous n’avez pas le droit de nous en priver… Vous êtes face à l’histoire..

Le foot s’inscrit dans l’histoire.. C’est l’histoire dans l’histoire.. Au travers les générations, nous avons aimé vous détester et détesté vous aimer.. Aujourd’hui nous connaissons des temps de médiocrité et de turpitudes.. Alors, n’y allez surtout pas ajouter une défaite… Donnez-nous de la lumière.. Ephémère évidemment, mais nous en avons tellement, terriblement et cruellement besoin.. Alors, je me permets cette injonction.. Faites-le..

Voleurs de rêves…

Je propose que les dix millions de dollars de corruption de la FIFA soient versés aux clubs de Foot Fauteuil dans le Finistère par exemple…

Je sais que je risque avec cette comparaison d’avoir l’impression de dire que 2 + 2 = un kilo de pommes de terre..

Pourtant, il s’agit de la même pratique sportive, du même jeu, car oui, rappelons qu’il s’agit d’un jeu de ballon initialement.

Nous avons là une organisation internationale où l’argent coule à flots avec une indécence qui mène au dégout. Sans connaître encore tous les tréfonds de ce dossier, et en plein respect de la présomption d’innocence, difficile de ne pas faire œuvre de dégout face à un fonctionnement où la corruption semble devoir être une pratique aussi ancrée qu’à côté la Mafia serait un jardin d’enfants..

De l’autre côté de l’échiquier, je rencontrais hier entre autre un de ces « déplaceurs de montagne » qui reprend avec talent le foot-fauteuil à Quimper. Cette activité permet au-delà du handicap aux jeunes concernés de dire : « je vais à l’entraînement », « j’ai match ce week-end », sans parler de la joie de la passe décisive ou mieux encore, du but marqué. Sauf que pour en arriver là, entre le financement des fauteuils, du fourgon pour les transporter, des demandes de subventions, des recherches de partenariat, du réglage des fauteuils, et j’en passe, les « déplaceurs de montagne » sont en permanence sur le pont.

Ils arrivent à rejoindre la lune avec un parapente.. Cette vocation inclusive est un modèle de ce que doit être le sport départemental, à savoir un sport solidaire, l’occasion d’en reparler ne manquera pas.

En attendant, je demande officiellement à Monsieur Blatter et ses amis de se rappeler des militants du sport qu’ils ont été, de rendre compte de la corruption généralisée pour mieux y mettre fin, et enfin de venir rencontrer celles et ceux qui avec rien, arrivent pourtant à faire toucher les étoiles à leur footballers passionnés. Vous n’arriverez pas Messieurs les tricheurs à voler les rêves de celles et ceux, pour qui la victoire est d’abord dans la passion et la plaisir partagé par des héros anonymes qui au quotidien vous surclassent..

Longue vie au Foot Fauteuil sur Quimper !!

Le foot fauteuil est d’abord et avant tout une activité sportive. Un sport qui se destine à des personnes en situation de handicap moteur, mais qui dans ses caractéristiques répond à de nombreuses exigences sportives, entre le sens de l’effort, la précision, l’importance du collectif, la joie de marquer un but, de faire la passe décisive etc..

Cette activité reprend sur Quimper et c’est une excellente initiative. Pour en avoir été l’entraîneur il y a quelques années, j’en connais les vertus sportives et humaines mais aussi toutes les difficultés en terme logistiques et organisationnelles.

Mais elles seront à n’en point douter dépassées quand je regarde l’enthousiasme et le dynamisme de celles et ceux, qui encadrent l’activité. Je ne serai jamais loin et donc à leur côté pour que cette activité se prolonge sur Quimper même si je devine leur capacité à déplacer des montagnes, apanage des parents et familles d’enfants en situation de handicap. Merci et ne lâchez rien Fabrice, Arnaud et les autres.. Rien ne leur est facile, donc le combat est devenu une habitude quotidienne, ce qui bien sur ne devrait pas être le cas.

Jouer au foot fauteuil permet de pouvoir dire : « je vais à l’entraînement » comme tout le monde. La joie de marquer un but en match officiel (après quelques mois de galère pour mettre en place l’activité) procure à l’ensemble du groupe (entraîneur compris..) une incommensurable joie. Après les avoir rencontrés, j’ai reconnu des sourires que je connais, ceux des joueurs, qui au-delà du handicap sont surtout en situation de réussite, ce qui est tellement précieux.

A la lecture du magazine d’information de Quimper communauté, je constate d’ailleurs que l’action politique des dernières années en matière de politique du handicap sur Quimper est prolongée, en souhaitant qu’elle soit bien sûr amplifiée.

Très heureux de finir 2014 et d’entamer 2015 sur la renaissance du foot fauteuil à Quimper. A cet effet, un récent article de Côté Quimper que vous trouverez en cliquant ici : article côté quimper.

Et quelques archives qui donnent du baume au cœur sur le blog du député ici, et autre article de presse là.

Dernier lien où j’ai le plaisir de retrouver un héros discret du quotidien.. Louis, à qui on te doit beaucoup, et où que tu sois, je devine ton sourire devant le retour du foot fauteuil à Quimper.

Très bonne année à toutes et tous.

75 % de bêtise… au moins…

téléchargement

Knysna est une ville de la province du Cap-Occidental, en Afrique du Sud et compte environ 37 000 habitants. Knysna se situe au cœur de la route des jardins, presque l’équivalant en simplifiant de notre Côte d’Azur..

Mais aujourd’hui, Knysna est devenu en France un véritable syndrome..

En effet, un jour médiocre de 2010, des milliardaires en crampons, vêtus de bleu, décidèrent d’entamer une grève au cœur d’un continent qui souffre d’autant de maux que Patrice Evra en connaît lui de gros… mots.

Bref, un comportement collectif qui au delà de la bêtise sans nom qui le caractérise semblait figurer l’apogée d’un système footballistique qui arrivait à ses limites.

Et bien… non. Ils ont osé défier les frontières de l’indécence en prenant le pays d’abord en témoin, puis ensuite en otage (du moins, pour celles et ceux qui comme moi gaspillent leurs économies dans les stades ou devant canal plus..).

Certains clubs (pas tous..) s’indignent donc de la taxe à 75 % sur les revenus de plus d’un million d’Euros et menacent d’une grève fin Novembre. Pour être précis, c’est en fait 120 joueurs et 14 clubs qui sont concernés (dont aucun en ligue 2). Contrairement au catastrophisme annoncé par certains dirigeants des clubs, c’est en fait par club entre 1 à 5 millions d’Euros qui sont ainsi concernés, ce qui est donc bien loin de l’apocalypse qui guetterait l’ensemble du foot Français.

A propos de football, il en existe toujours un et il s’est particulièrement signifié hier après-midi à Quimper au stade de Penvillers, dans le cadre de l’opération de la Fédération Française de Football du « match de rêve ». La mise en lumière du monde amateur a permit de constater le respect entre équipiers, adversaires, avec le public etc.. Les bénévoles du Quimper Kerfeunteun Football Club, l’ensemble des dirigeants et des joueurs des deux équipes ont offert un spectacle, et ont rappelé par la même à tous que le foot est un jeu de ballon et pas autre chose. 

Et ce, malgré la défaite rageante des Quimpérois, ou comme le dirait un certain Franck R : « c’est vrai que c’est pas nous qu’on a gagné »

Sinon, à Knysna, le chômage touche 40% de la population métisse et 59% de la population noire.