Le Blog de Jean-Marc Tanguy
Le Blog de Jean-Marc Tanguy

Plaidoyer à tendance sincère et subjective 2…

Il y a 5 ans jour pour jour, le 26 Mai 2012, j’écrivais la chose suivante : Plaidoyer à tendance sincère et subjective

En ce moment si particulier, si troublé où nombre de repères s’effritent et où tout ce que l’on pensait acquis ne l’est plus, il existe encore quelques références solides, et des bases fortes sur lesquelles il est possible de s’appuyer.

Le sérieux, le travail, la ténacité, le compétence et la disponibilité de Jean-Jacques Urvoas en font partie. Qualités mises au service de la constance et de la cohérence de son engagement à gauche. En 5 ans, il a bonifié pleinement le spectre de ses connaissances avec 4 ans passés à la commission des lois comme président et 1 an passé à la chancellerie comme garde des sceaux.

29 rapports, 710 amendements, 1526 prises de paroles en commission, 1085 interventions dans l’hémicycle, 152 questions écrites, 3 lois rédigées, 8 lois rapportées.. Peu de parlementaires peuvent se prémunir d’un tel bilan chiffré, à commencer par le premier ministre actuel, faute de cumul, ce qui est navrant et consternant de banalité en terme de manque de renouveau dans la pratique politique..

Jean-Jacques Urvoas n’est pas un oiseau migrateur, là où sans doute, il aurait été plus aisé de faire les yeux doux au camp du vainqueur annoncé.. Certains l’on fait et en récoltent aujourd’hui les bénéfices avec une investiture là, où la manque d’adversaire ici.. Mais sur quelle base autre que le service à soi-même peut-on ainsi se comporter. « JJU » a fait lui le pari de la sincérité et de l’ancrage.

Le vrai enjeu, le seul enjeu de ces élections législatives est la réussite du pays, donc du quinquennat actuel. Autant, on ne peut se positionner dans l’opposition dogmatique, au risque alors de fracturer le pays et de servir de marchepied en 2022 à l’extrême droite Française, autant le pire cadeau à faire à Emmanuel Macron serait de lui accorder un blanc-seing et une automaticité des votes. Ni frondeur, ni suiveur.

Jean Jacques Urvoas votera par exemple les textes sur le régalien, à savoir la défense, la justice, la sécurité intérieur, votera également de nombreux textes sur l’éducation nationale, comme le fait de réduire à 12 le nombre d’élèves pas classe en Zones d’Education Prioritaire.

Par contre, il est par exemple en désaccord sur la suppression de l’Impôt sur les grandes Fortunes et sur l’augmentation de 1.7 de CSG, qui à raison de 400 Euros par an viendra frapper les retraités qui gagnent tout juste plus que 1180 Euros..

Je préfère un député utile et constructif qui vote avec un sens politique ancré à gauche que des parlementaires qui dogmatiquement vont soit tout valider, même le pire ; ou soit tout contrer même le meilleur. Jean Jacques Urvoas l’a fait en s’opposant à tout quand il fut dans la minorité et en votant tout quand il fut dans la majorité.. Il sait et il dit que le temps est justement venu de travailler autrement, et c’est peut-être le message que les électeurs ont voulu faire passer lors de cette présidentielle.

Le renouveau à tout prix n’est pas un argument à soi seul.. Le seul lien qui unit les candidat-e-s estampillés de la majorité présidentielle est d’avoir cliqué sur internet le fait qu’ils voulaient être candidats..

Quel est le point commun, l’histoire collective entre le candidat en Marche « bobo chic » du 13 ème arrondissement de Paris et le même candidat en marche dans les alpes maritimes, copain du grand progressiste Eric Ciotti.. Pas sûr qu’un tel attelage une fois celui constitué se retrouve comme un seul homme, du seul fait princier, avec le risque qu’au premier coup de grisou, l’on assiste à une envolée de moineaux..

Alors, pour justement sortir des postures dogmatiques et stériles, pour ne pas se jeter pleinement dans l’inconnu, je choisis en ce qui me concerne la gauche, la solidité, la compétence, l’honnêteté et la ténacité. Il faudra être fort pour être entendu, il faut des boussoles qui servent à chaque texte, à chaque choix, à chaque rédaction d’amendement, je choisi celles de Jean-Jacques Urvoas : l’égalité et la justice sociale.

Jean Jacques Urvoas, je l’écrivais en 2012, je le redis ici et maintenant, fait partie de ceux qui donnent encore confiance et espoir en la politique. Il n’est guidé que par l’intérêt général, et seul le travail assidu a construit son ADN politique. Il préfère travailler un week-end entier à la rédaction d’une loi plutôt que d’arpenter la circonscription pour remettre des coupes.. Ce qui est très noble, mais sans lien avec la mission d’un député.. Il redonne en agissant ainsi ces lettres de noblesse à la pratique parlementaire. Cette attitude est trop rare pour ne pas être reconduite, ce talent est trop grand pour ne pas être utilisé à nouveau au service des citoyens.

Enfin, ce qui est plus méconnu, car derrière l’inlassable travailleur, existe un Jean Jacques Urvoas à dimension particulièrement humaine, révolté contre l’injustice sociale, qui garde cette propension salutaire à l’indignation, admiratif des combats portés par ceux qui bénévolement ou professionnellement tente de lutter contre la précarité sociale du quotidien.. Avec par ailleurs un humour sans faille, une culture vaste, bref une densité humaine qui en font au-delà du parlementaire fort et précieux un homme ouvert et qui pense que c’est toujours le gentil qui gagne.. Donnons-lui raison dès le 11 Juin prochain..

 

5 semaines…

Nous avons 5 semaines pour faire campagne, 5 semaines où nous devrions consacrer toute notre énergie à ne faire que ça…

Nous devons défendre sur le terrain les valeurs qui sont les nôtres, y compris dans les nuances qui sont les nôtres, et surtout car la victoire d’Emmanuel Macron offre potentiellement de fortes zones d’incertitudes. C’est donc le moment où jamais d’affirmer ce qui nous rassemble, et non pas de donner à voir un congrès avant le congrès. Avant de nous parler à nous-mêmes, nous ferions mieux de parler aux Français, car je demeure persuadé que nous avons encore beaucoup à leur dire. Toute autre attitude revient à se saborder soi-même et à tomber dans le piège grossier qui nous est tendu par celles et ceux qui sont bien plus machiavels qu’ils le laissent penser..

D’autant qu’avec une participation historiquement faible pour ce type d’élections, avec 4,2 millions de bulletins blancs ou nuls, et une motivation de vote qui reposait pour une grande part sur l’indispensable barrage à la haine, le président de la république élu ne s’appuie pas sur base très solide et peut remercier la gauche. Le sondage qui nous dit que 61 % des Français ne souhaite pas donner au président élu une majorité vient d’ailleurs le rappeler. Sans parler du fait que les candidats en marche ne sont pas vraiment en ordre.. de marche, pas encore désignés, 15 000 volontaires, 577 investis.. donc éventuellement 14 423 déçus, fâchés, voir très en colère..

Ainsi, nous avons l’impérieux devoir de nous rappeler qu’au-delà des postures et « des socialistes qui parlent aux socialistes », notre étoile polaire doit être la recherche de l’égalité, notre boussole l’intérêt général. Car le score historique du Front National n’est « pas celui des fachos, mais des fâchés ». Pour mémoire, le FN c’était 5,5 millions de voix en 2002, 3,8 millions en 2007, 6,4 millions en 2012 et… 11 millions de voix dimanche dernier… Il faut vraiment avoir une poutre dans l’œil pour ne pas comprendre à quel point tant de gens vont mal dans notre pays ..

Notre plateforme programmatique doit reprendre très certainement à la fois un certain nombre de propositions de Benoit Hamon, qui portent en elle la justice sociale et également s’inscrire dans le prolongement d’une action gouvernementale sur certains sujets où le pays a avancé depuis 5 ans.

Ainsi, car nous ne pouvons compter que sur nous dans ce combat démocratique à venir, soyons nous-même pour ne pas disparaître, car cette disparition ne se décrète pas à la télévision..  Nos futur-e-s député-e-s ne doivent être ni des godillots silencieux, ni des frondeurs systématiques. Car nous ne devons pas être des oiseaux migrateurs. Face à ces instabilités qui s’annoncent, la solidité et le caractère rassembleur de Jean-Jacques Urvoas sont des atouts majeurs dans le moment que nous vivons. Nous sommes ni insoumis ni en marche, car dans un cas comme dans l’autre, le citoyen au moment de venir voter risque de préférer l’original à la copie..

17 Juin, quand tu nous tiens..

Il  a un an, jour pour jour, Jean-Jacques URVOAS  était brillamment réélu député de la première circonscription du Finistère.

Après une campagne harassante, le résultat permit au niveau hexagonal de donner une majorité au président de la république. Au niveau départemental, de réussir le grand chelem. Au niveau de la circonscription de permettre au brillant député de l’opposition qui s’était fait remarquer de tous lors de son premier mandat, de mettre son talent au service de la majorité en y tenant même un rôle clef à la présidence de la commission des lois.

Je n’ose imaginer la comparaison en terme de rayonnement pour notre territoire si un autre l’avait emporté…

Toujours est-il que son travail sur de nombreux textes, son implication de tous les instants sur une loi historique nous honore et réconcilie avec une certaine façon de faire de la politique, en ces temps de défiance parfois légitime mais aussi parfois outrancière envers les élus.

Bref, fier de mon député et d’avoir mené à ses côtés, ainsi qu’avec de nombreux camarades de belles campagnes au printemps 2012, qui ne peuvent qu’annoncer un dynamisme équivalent dans celles qui arrivent très prochainement.

Une petite séquence nostalgie avec la vidéo de la victoire de JJU en cliquant ici.

 

 

 

 

 

MERCI

Merci à l’équipe de campagne qui a su porter avec tant de convictions la candidature de Jean-Jacques URVOAS,
Merci à lui d’avoir été un aussi bon candidat que député,
Merci aux électeurs de ne pas s’être trompés…
Un résumé ci dessous de la formidable soirée de dimanche…

Clap de fin

Dans ses dernières heures de campagne et à l’aune du deuxième tour, je ne peux qu’exprimer ma fierté d’avoir dirigé la campagne de Jean-Jacques URVOAS.

A titre personnel, j’ai appris comme jamais en ces quelques mois et j’ai pu mesurer la qualité du parlementaire et de l’homme qui se présente à vos suffrages dimanche prochain.

A titre collectif, depuis maintenant un an, nous sommes en campagne. En effet, nous frappions aux premières portes pour inciter les citoyens à venir voter aux primaires en Juin 2011.

Un président socialiste a été élu hier et une majorité parlementaire se dessine demain. Nous voulons redresser le pays dans la justice, positionner l’éducation et la jeunesse au centre et permettre l’égalité réelle.

Jean-Jacques URVOAS fera non seulement parti des députés qui portera haut et fort le message politique du président de la république, mais si dans l’opposition il a su combattre des textes à dimension parfois rétrograde, dans la majorité, je sais d’ores et déjà qu’il saura ouvrir la voie et montrer l’exemple.

Je le ferai plus directement à un autre moment, mais je profite de ce mot pour remercier vivement et chaleureusement toutes celles et ceux qui ont pris part à cette campagne de près ou de loin. Maintenant, le plus dur est devant nous… Il faut attendre.

Nous avons fait quelque chose de bien dimanche dernier, nous n’avons rien lâché cette semaine, alors faisons quelque chose de grand dimanche prochain en contribuant à donner une majorité à François Hollande et en faisant élire un député à 100%.

283

Hier soir, en donnant 49,38 % des suffrages à Jean Jacques URVOAS au premier tour de l’élection législatives, les citoyens de la première circonscription ont à mon sens voulu faire passer deux messages :

D’abord celui de la cohérence en préférant donner une majorité à François HOLLANDE, permettant ainsi à Jean-Marc AYRAULT de mener une action gouvernementale avec l’axe cardinal qu’est le redressement de la France dans la justice ; Plutôt que de faire de Jean-François COPE, le premier ministre d’une cohabition qui bloquerait le changement.

Ensuite, celui de la confiance en un homme, en un député, qui a su par sa pratique politique, en ne cumulant pas les mandats, en travaillant ses dossiers avec passion et rigueur, redonner confiance à celles et ceux qui l’a rencontrés. Il a mit en pratique le fait qu’un politique n’a que des devoirs.

Si Jean-Jacques URVOAS réalise aujourd’hui le score le plus important pour un député socialiste en Bretagne, il le doit très certainement à cette exemplarité parlementaire, à cette pratique renouvelée.

S’il entre dans l’histoire des scrutins Quimpérois, c’est d’abord et avant tout du fait qu’au-delà de la formule, Jean-Jacques URVOAS est un député à 100 %, un vrai député.

En ce qui nous concerne, car rien n’est écrit à l’avance, nous repartons en campagne dès ce matin, comme si le score avait été deux fois inférieur à celui d’hier soir.

Hier soir, enfin, je demeure persuadé que nous avons fait quelque chose de bien, tout simplement..

Plaidoyer à tendance sincère et subjective

Sans même parler de telle ou telle couleur partisane, La politique peut s’exercer de bien des façons. De nombreuses pratiques ont depuis des années crée un fossé entre les citoyens et les élus, ce qui évidemment peut créer des comportements électoraux favorisant les pires des démagogies.

Mais certains résistent et ne peuvent que donner confiance.

Certains élus peuvent même donner espoir tant ils portent haut leur conviction et honorent La confiance gagnée lors du suffrage universel.

Certains élus ne sont pas passionnés uniquement par la posture,  par la bonne place chaude, ou par le privilège de la voiture avec chauffeur. Certains élus aiment la politique, car ils aiment la justice, car ils aiment la possibilité qui leur est offerte de changer le cours des choses, de faire évoluer ce qui était soi-disant établi en œuvrant sans cesse dans cette sempiternelle quête de la  justice.

Certains élus travaillent leur dossier avec passion, consultent les professionnels concernés, creusent et re-creusent les tréfonds de tous les sujets pour permettre un changement juste.

Certains élus ont des valeurs et des principes qui écrasent les égos et autres narcisses.

Je n’ai pas d’idole en politique, je suis issu de l’école associative, celle où l’on se bat des mois pour parfois avancer d’un mètre, celle où on nettoie les derrières des éléphants avec un confetti plié en 4…

J’ai beaucoup d’amitiés pour beaucoup de camarades, j’apprécie tellement de travailler avec un tel ou une autre, mais, pour une fois, sans pudeur, je confesse avoir en fait une admiration pour en particulier un homme politique, pour un député à temps plein, pour un député humaniste, pour un député progressiste, pour un député travailleur, pour un député qui fait œuvre de transparence,  pour un député disponible, pour un député efficace, pour un député passionné par la loi, pour un député qui cherche avant tout l’émancipation de l’autre, pour un député qui veut accompagner celles ou ceux victimes d’injustices, pour un député qui croit en un idéal, pour un député qui ne dit pas que ce que l’autre veut entendre, pour un député parfois atypique, pour un député précis et consciencieux, pour un député qui a ses qualités et ses défauts,  pour un député qui ne se prend pas pour un autre, bref, pour un député qui a tout compris à ce qu’est un député

J’assume et revendique bien entendu ma totale subjectivité, mais je vous renvoie à une traduction moins « tripale » et totalement neutre, chiffrée et factuelle  sur le site suivant : www.nosdeputes.fr

Le bilan de mandat ne peut qu’attester de ce qui est dit précédemment : https://www.facebook.com/media/set/?set=a.231912933590338.49505.215292145252417&type=1

LE 10 JUIN PROCHAIN, VOTONS JEAN-JACQUES URVOAS, VOTONS POUR LA JUSTICE, VOTONS POUR QUE L’ESPOIR DE MAI SE TRANSFORME EN LA REALITE DE JUIN.

Bilan de mandat

Avant le bilan écrit, une vidéo, qui forcément ne peut être exhaustive, mais qui est évocatrice de l’activité parlementaire pleine et entière de Jean-Jacques URVOAS, aussi bien dans sa circonscription qu’en s’opposant à la politique Sarkozyste à l’assemblée nationale. Dans la majorité, il saura garder cette évidente proximité pour celles et ceux qui en ont besoin sur son territoire et il permettra au Président de la République de mettre en place le projet pour lequel il a été élu, pour l’éducation, la justice sociale, fiscale, territoriale et la mise en place de nouveaux droits.
Les 10 et 17 juin, donnons une majorité au changement.
Vidéo à consulter :

Un gouvernement, une réunion

Lundi, à Saint Evarzec et Edern, Mardi à Landrévarzec, ce jour à Bénodet, vendredi à Fouesnant et Quimper, tout comme samedi, ajouté à Pleuven…

La campagne sur le terrain de la première circonscription du Finistère bat son plein, pendant qu’à Paris, les cérémonies se succèdent.

Impression bizarre que d’être porté par le changement sans pouvoir en profiter pleinement comme spectateur. Toujours est-il que des hommes et des femmes de gauche, dans un gouvernement prometteur s’apprêtent à changer le pays, à le rendre plus juste, à l’apaiser.

Mais pour se faire, seule une majorité de gauche à l’assemblée nationale donnera l’occasion à ce gouvernement de mettre en place les mesures que les Français ont appelé de leurs vœux le 6 mai dernier.

Pas question « d’exercice de tous les pouvoirs », argument fallacieux s’il en est. Tout d’abord, car en 1993, si l’on excepte le François qui était président de la république de l’époque, tous les pouvoirs, du gouvernement aux principales collectivités étaient à droite… Cette même droite n’en semblait alors pas outrancièrement choquée..

Mais surtout, si nous avons gagné depuis quelques années maintenant les élections régionales, cantonales, municipales, nous n’allons pas nous en excuser. C’est juste que les électeurs ont fait confiance aux élus de terrain socialistes. En 2014, nombreuses seront les opportunités pour la droite d’essayer d’en faire autant. Surtout que rien ne nous sera épargné tant la volonté du changement est omniprésente.

Pour conforter ce changement, je vous invite à venir en nombre aux différentes réunions publiques, que vous retrouverez dans l’agenda permanent ci à côté sur cette page, et plus particulièrement à celle de :

LUNDI 21 MAI prochain au RESTAURANT SCOLAIRE DE FOUESNANT A 18h30, qui portera sur l’excellence environnementale, co-animée par Jean-Jacques URVOAS et Gérard MEVEL,  conseiller régional, délégué à l’Agenda 21 et au développement durable.