Le Blog de Jean-Marc Tanguy
Le Blog de Jean-Marc Tanguy

Les Rétrogrades…

Après Sarkozy sur les écoles, Fillon sur le logement…

En effet l’ancien premier ministre, tout comme l’ancien président insulte gratuitement le droit des personnes en situation de handicap..

Dans un haut dérapage démagogique, F. Fillon estime, je cite « absurde » que tous les logement soient accessibles « aux handicapés »…

Bien sûr que l’inflation des normes et la lourdeur administrative pèsent parfois sur les entrepreneurs.. Mais il existe là comme une forme de constance impressionnante, une grande cohérence, à faire payer toujours aux mêmes le poids de la réglementation… A en croire Messieurs Fillon et Sarkozy, il faut donc des ghettos scolaires, proche de ghettos d’habitations.

Ma seule satisfaction sera de mettre pour une fois d’accord les deux concurrents à la primaire de la droite sur le fait que franchement, les personnes handicapées abusent..

Cohérence que de contraindre les personnes handicapées à la double peine, consistant à ne pas avoir à choisir comme tout le monde une école et un logement.. J’espère juste qu’ils se mettront d’accord pour rapprocher l’école accessible des logements qui le seront aussi.. Autant parquer celles et ceux qui posent problèmes et qui sont une charge pour l’économie nationale..

Le seul point commun est le renoncement des « LR » à toute notion de justice et d’égalité.. Comme si, et très sincèrement, au-delà des alternances politiques, nous n’étions pas parmi les pays Européens les plus à la traine en matière d’accessibilité..

Tout comme ce fut le cas pour N. Sarkozy, j’invite F. Fillon à venir rencontrer les « déplaceurs de montagne » que sont les parents d’enfants en situation de handicap pour leur exposer leurs théories progressistes. Je ne savais pas que LR signifiait : Les Rétrogrades.

 

L’humain comme réponse..

Dans notre république, existent des territoires perdus, et ce n’est pas nouveau. En face, jusqu’à présent, toutes les réponses ont été caricaturales.. Entre une démagogie qui consiste à montrer ses muscles à grand renfort de communication à droite ; et un aveuglément angélique d’abord motivé par un électoralisme bon teint à gauche.

Sauf que l’addition est bien trop lourde aujourd’hui et génère désolation à l’intérieur de ces territoires perdus et à minima incrédulité pour les observateurs que nous sommes. N’oublions jamais que l’épilogue de la crise des banlieues de 2005 n’est pas dû à l’action du pompier pyromane, ministre de l’intérieur de l’époque qui a voulu rejouer la lutte des classes, ce n’est pas grâce aux forces de l’ordre, ni à l’armée, encore moins aux grands frères, mais bel et bien par l’action des imams en particulier. Illustration glaçante de la prise de pouvoir du dogme religieux sur la laïcité républicaine.

Au-delà des politiques économiques et sociales, il est temps de donner un visage humain à l’urbanisme. La loi SRU est un levier mais l’effort doit être prolongé. Clairement, tout le monde «n’est pas né sous la même étoile ». Le béton ou la plage.. Les fossoyeurs de la pensée feraient mieux d’admettre que certaines constructions, loin de tout, « bunkérisées », enfermées dans un béton sans horizon sont le premier facteur d’une concentration de difficultés. Ce n’est bien sûr pas une histoire de couleur, de dogme religieux (même s’il n’aide pas), mais de mode de vie, de contexte.. C’est bien sûr la question de l’inégalité territoriale qui se pose. Les réponses sont stériles à cet effet de la part de chaque camp pour le moment et ne confortent que la montée des populismes.

Une des meilleures réponses semble être la proximité, la réponse à dimension humaine. L’urbanisme, les formations, le logement repensé prendront des décennies pour à tout point de vue reconstruire nos cités et accompagner les populations vulnérables car la pierre a été privilégiée à la personne pendant des décennies. Elle a été pensée pour une catégorie de privilégiée.. La pierre doit aujourd’hui enfin être juste et intégrante..

Tout être humain est un être culturel, à partir du moment où il entre dans le langage et mérite considération et même accès à la possibilité de l’émancipation. Cet humanisme qui s’est récemment levé doit guider l’ensemble des actions de celles et ceux qui aujourd’hui décident ou aspirent à le faire.

Agenda…

La campagne bat son plein et en même temps, il reste à chacune des listes peu de temps pour convaincre les derniers indécis.

En ce qui nous concerne, nous avons démarré Mercredi soir un cycle de réunions publiques, lors desquelles les colistiers de « Quimper Pour vous », la liste de la gauche rassemblée autour de Bernard Poignant présenteront notre projet et échangeront avec le public présent autour de nos 200 propositions, concernant aussi bien l’économie et l’emploi, les grands projets, le sport et la culture, le Quimper accessible, les transports et déplacements, le logement et l’habitat, l’enfance et la jeunesse, les solidarités, la démocratie participative, le cadre de vie et les finances.

Pour se faire, nous vous invitons :

Le Lundi 10 Mars à la Maison Pour Tous d’Ergué Armel à 18H30

Le Jeudi 13 Mars à la MPT de Penhars à 18H30

Le Lundi 17 Mars au centre social des abeilles de la Terre Noire à 19H00

Le Mardi 18 Mars à la MJC de Kerfeunteun à 19H00

Le logement, une priorité

 

logement

Hier en fin de journée nous avons présenté l’organigramme de campagne de la liste « Quimper pour vous », la liste rassemblée autour de Bernard Poignant, avec une équipe qui mêle jeunesse et expérience, et qui se tourne vers l’avenir de la ville.

Dans le cadre de notre projet autant complet que transversal (vous le trouverez en cliquant ici), nous avons présenté nos propositions sur la question du logement ; que nous voulons comme la priorité de notre prochain mandat face au parti de Jean-François Copé et de ses amis, qui à six semaines du premier tour n’a pour le moment toujours aucun programme à proposer aux Quimpérois-e-s.

Nous affirmons d’emblée que le logement et son accès sont des facteurs importants d’attractivité. Mixité sociale et intergénérationnelle, meilleure isolation thermique, plus grande adaptabilité aux habitants, notamment face au vieillissement de la population sont autant de principes qui guideront notre politique du logement.

Cette politique se décline essentiellement en 4 axes principaux :

Tout d’abord, un quartier de la gare en devenir, qui fera l’objet d’un vaste programme de rénovation et de renouvellement urbain, qui verra entre autre autres se développer la dimension économique par la création de bureaux et de services ainsi que sa dimension commerciale par la création de nouveaux commerces. Il s’agira également de requalifier les espaces urbains et de les embellir.

Ensuite, la création d’un nouveau quartier au sud de Quimper. Il devra être situé au sud de la zone de Kervoalic. Ce nouveau quartier comportera des pavillons individuels, des collectifs accessibles à des prix abordables. Il sera également composé d’équipements et de commerce de proximité.

Puis, la poursuite des programmes d’habitat et notamment sur le logement social. Aussi bien à Kerfeunteun, avec Kervouyec, à Penhars avec Kervalguen, ou à Ergué Armel avec Linéostic, nous favoriserons la mixité sociale et générationnelle, respectueux de notre environnement et notre qualité de vie. Nous amplifierons les actions en faveur du logement social, qui permet de réduire les inégalités sur ce premier droit élémentaire de l’accès au logement. Nous créerons également un office centralisateur de recensement et d’accompagnement individualisé vers le logement adapté pour les personnes en situation de handicap.

Enfin, la densification du centre-ville pour favoriser son attractivité. Comme pour l’ancienne bibliothèque de Toul Al Laër, en cœur de ville, qui sera remplacée par du logement et des commerces, tout comme l’ancienne caserne des pompiers au Cap Horn, qui sera transformé en logements et équipements de proximité, ou encore l’ancienne école Saint Corentin, transformée en résidence pour les seniors.

Sur chaque sujet qui fait le quotidien des habitants de notre cité, nous avons des propositions précises et qui s’inspirent de notre volonté de tenir compte des singularités en construisant ensemble une ville ouverte sur l’avenir.

 

Bonne lecture

Notre liste « Quimper pour vous » a présenté son projet, au sujet duquel je serai facilement tenté de vous dire qu’il est évidemment plus pertinent que celui de nos principaux concurrents dans cette élection municipale et communautaire.

Je ne le dirai pas, et ce pour une excellente raison puisque pour le moment, la liste menée par le candidat de Jean François Copé sur Quimper n’a tout simplement aucun projet d’ensemble porteur d’avenir pour la ville.

Gageons que ça ne saurait tarder, même si j’avoue mon scepticisme.. En effet, de notre côté, nous avons, tout d’abord au sein du parti socialiste travaillé depuis un an sur un projet qui a ensuite été validé et amendé par nos partenaires de gauche. Un vrai travail de bilan et de perspectives pour la ville. D’autres listes nous parlent de certaines thématiques qui semblent se travailler au gré des évènements. Ce n’est ni sérieux ni responsable et en dit long sur une future gestion.

Notre projet inclut bien évidemment une phase de bilan, qui se juge à l’importance des projets qui s’annoncent. Ce n’était pas le cas en 2008, c’est le cas en 2014. Le progrès ou le déclin, l’action ou l’immobilisme, marqueur de la droite à Quimper depuis des années.

Les axes conducteurs, qui sont autant partie d’un bilan, se prolongeant dans un projet sont notamment :

L’attractivité comme vecteur de développement et d’emploi, en offrant aux entreprises les réserves foncières suffisantes pour les terrains, des modes de transport rapides et modernes, l’équipement numérique en très haut débit, l’encouragement à l’enseignement, la recherche et l’innovation, l’offre de services éducatifs, sportifs et culturels pour les salariés, et surtout la priorité donnée au logement pour que chacun puisse accomplir un choix d’habitation.

La solidarité comme vecteur de cohésion, en adaptant à chaque famille la politique fiscale comme la politique tarifaire de services offerts, par des abattements pour la première et de la progressivité pour la seconde. Tout doit être accessible à tous, concernant la petite enfance, l’école, les équipements sportifs, culturels, socio-culturels. Le soutien au CCAS (+12 % sur le dernier mandat) sera renforcé ainsi que les structures d’insertion, l’aide aux associations et aux maisons pour tous ainsi que l’accessibilité pour les personnes en situation de handicap.

La modernité comme vecteur d’avenir, qui est le sens du développement des transports en commun sur l’agglomération, le projet de la gare, le pôle culturel Max Jacob, le pôle sportif de Creach Gwen, le futur centre des congrès, la révolution numérique, et le projet Ialys, qui nous permettra de devenir un territoire référent en matière élémentaire.

Bref, une vraie ambition pour notre territoire, avec 200 propositions sur l’ensemble des sujets qui touchent notre ville et notre agglomération au quotidien comme la création d’un nouveau grand quartier, d’une plateforme jeunesse à la providence, d’un nouvel EPHAD, le soutien aux manifestations sportives et culturelles gratuites pour tous en cœur de ville, la halle des sports de Kerfeunteun, le maintien d’un haut niveau de service au public au travers le CCAS et les MPT, l’observatoire de l’emploi, les assises de l’attractivité du centre-ville etc etc..

Vous trouverez notre projet et ses 200 propositions en cliquant ici.

Et bien sur notre site internet, particulièrement réactif et participatif : www.poignant2014.fr

Dès aujourd’hui, nous viendrons à votre rencontre pour échanger sur vos attentes et notre projet, car il est pour vous, car il s’agit de « Quimper pour vous ».

Logement, tous concernés

Si la politique de prise en compte du handicap dans la ville de Quimper s’est considérablement mise en œuvre depuis 2008, à travers notamment des moyens financiers considérables qui ont vu le jour avant l’échéance légale de 2015, notamment en matière de transports et de bâtiments, il demeure des faiblesses, je dois en convenir, notamment en ce qui concerne le logement. Pourtant, cette question est la première qui doit être traitée, car elle s’inscrit comme le premier maillonde la chaîne d’accessibilité.

 

Ainsi, pour répondre aux urgences en la matière, la ville de Quimper travaille sur la possibilité de fonctionner avec un réseau, dont je tairai le nom pour le moment, dont la mission est de rapprocher l’offre et la demande en matière de logements accessibles à toutes les situations de handicap, sur le parc public.

 

L’adaptation des logements à chaque personne en situation de handicap requiert un professionnalisme que les bailleurs sociaux ne peuvent fournir aujourd’hui, car ce n’est pas leur cœur de métier. Ainsi, ce réseau, au travers de critères légaux et retravaillés avec le secteur associatif concerné d’une part, recenserait l’offre de logements accessibles aux personnes en situation de handicap et d’autre part, accompagnerait tout demandeur vers le logement social. Aussi bien à travers le vieillissement que l’émergence soudaine ou pas d’une situation de handicap, de trop nombreuses personnes se retrouvent en difficulté car dans un logement qui ne leur est plus adapté.

Gageons que les différentes collectivités concernées, soit la ville de Quimper, comme le Conseil Général, ainsi que les bailleurs sociaux se grouperont pour permettre l’existence de ce réseau, afin de répondre à une urgence, qui si aucune réponse n’est proposée, continuera à être perçu à tort comme une contrainte, alors qu’il s’agit d’un droit fondamental et d’un besoin physiologique. Dans l’idéal, tous les logements devraient bénéficier d’aménagements initialement spécifiques, qui en fait serviraient ensuite au plus grand nombre. Mais il s’agit là de se doter d’une nouvelle philosophie, qui doit pouvoir s’entamer par le travail cité précédemment.

« Sans transition », j’en profite pour vous rappeler que sur le site suivant : Téléthon 2012, vous pouvez faire un don afin de continuer à faire avancer la recherche sur les maladies génétiques, ou en appelant le 36-37 ce week-end. Après déduction d’impôts, ce don peut être pris en charge à hauteur de 66%. Sur la place Saint Corentin à Quimper, notamment demain, vous pourrez également, à travers différents gestes exprimer votre solidarité et venir participer dans un cadre festif à cette belle manifestation.